Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Sophie Ouimet Sophie Ouimet
La Presse

À l’est du parc Maisonneuve, juste au sud du boulevard Rosemont, se cache un quartier paisible rempli de jolies maisons entourées de verdure :  la Cité-Jardin du Tricentenaire.

Ce n’est pas tout le monde qui connaît cette oasis montréalaise, mais ceux qui la découvrent en tombent souvent amoureux. Inauguré en 1942 pour souligner les 300 ans de Montréal, le quartier s’inscrit dans la continuité du courant City Beautiful, né en Europe à la fin du XIXe siècle en réaction à l’industrialisation de la ville. Dans ce mouvement d’embellissement des villes, on préconise un environnement sain : des maisons unifamiliales (pour une faible densité d’habitations), beaucoup de verdure (pour respirer de l’air pur), ainsi que des parcs publics à proximité (pour une dose supplémentaire d’air pur).

Plus de 75 ans plus tard, la Cité-Jardin montréalaise, sise dans l’est de l’arrondissement de Rosemont– La Petite-Patrie, tient toujours ses promesses. On y trouve sept avenues en croissant qui se terminent en cul-de-sac, nichées autour du parc Cité-Jardin. Dans l’une d’elles, l’avenue des Cèdres, la maison du coin est à vendre…

C’est avec un pincement au cœur que François Gervais et sa conjointe Marie-Josée ont mis une pancarte devant leur propriété récemment. Ils auraient volontiers profité du quartier plus longtemps, mais ils souhaitaient se rapprocher de leur famille, sur la Rive-Sud.

Des rénovations

La maison, qui date de 1945, fait partie des 167 propriétés construites dans la Cité-Jardin entre 1942 et 1947. L’ancien maire de Montréal Jean Drapeau a d’ailleurs habité dans la rue voisine !

Quand les propriétaires ont pris possession des lieux, à l’angle de l’avenue des Cèdres et du boulevard Rosemont, la maison avait bien besoin d’une cure de jeunesse. « Admettons que ce n’était pas un clés-en-main ! », résume François Gervais en riant.

Heureusement, le couple n’avait pas peur de se lancer dans de grandes rénovations, au contraire. « On est des fanas d’immobilier et d’aménagement, poursuit François. Je travaille chez IKEA, donc c’est sûr que je suis toujours là-dedans. »

Résultat : ils ont rénové la maison de fond en comble en faisant une grande partie des travaux eux-mêmes. « L’isolation, la plomberie, le chauffage, tout est neuf », affirme le propriétaire.

Les réglementations étant assez serrées dans la Cité-Jardin, ils ont dû respecter plusieurs contraintes dans leurs projets de rénovation. Par exemple, la taille des fenêtres devait rester la même, explique M. Gervais. Et n’agrandit pas sa résidence qui veut… « Au début, on voulait faire un agrandissement, parce qu’on est une famille reconstituée de six. Mais on n’a pas eu la permission. Finalement, ça a bien adonné, parce que deux de nos enfants sont partis en appartement. On aurait une maison beaucoup trop grande pour nos besoins ! »

À défaut d’avoir pu ajouter cet agrandissement, ils ont pu construire un grand balcon à l’arrière de la maison, où ils aiment prendre leurs repas pendant la belle saison.

À l’intérieur, le rez-de-chaussée est maintenant complètement ouvert, alors qu’à l’époque, on trouvait une succession de toutes petites pièces. Il y avait même une chambre dans ce qui est devenu la salle à manger ! Les propriétaires ont ouvert les murs pour loger la grande cuisine d’un côté, et le salon et la salle à manger de l’autre. Au milieu trône un bel escalier de bois qui mène à l’étage supérieur.

Puisqu’ils n’ont pas de jeunes enfants, ils ont décidé de transformer l’étage en « suite des maîtres ». On y trouve la chambre principale, une grande salle de bains ainsi qu’un petit espace bureau. Les deux enfants qui vivent toujours avec le couple ont leurs chambres au sous-sol.

Pour compléter le tout, il va sans dire que tous les coins imaginables de la maison contiennent du rangement… dans un nombre non négligeable d’armoires Pax, qui proviennent bien sûr du géant suédois !

LA PROPRIÉTÉ EN BREF

Prix demandé : 999 000 $ Année de construction : 1945 Superficie de la maison : 2340 pi2 Superficie du terrain : 5075 pi2 Description : Maison unifamiliale dans le secteur de la Cité-Jardin. Les aires de vie sont au rez-de-chaussée dans un grand espace ouvert. On trouve une grande chambre principale à l’étage, et trois autres chambres au sous-sol. Un agrandissement extérieur à l’arrière contient une grande terrasse, qui donne sur la cour. Évaluation municipale : 650 000 $ (2019) Impôt foncier : 5579 $ Taxe scolaire : 940 $ Courtiers : Julie Goulet et François Tétreault, Re/Max Alliance