(Koweït) Au moins 49 personnes ont péri mercredi dans l’incendie d’un bâtiment abritant près de 200 travailleurs étrangers au Koweït, a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans ce pays du Golfe.

Les victimes sont mortes asphyxiées après avoir inhalé les fumées dégagées par l’incendie, dont les raisons n’ont pas encore été déterminées, selon la protection civile koweïtienne.

Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue indien S. Jaishanka, le chef de la diplomatie koweïtienne Abdallah Al-Yahya a « présenté les condoléances des dirigeants et du peuple koweïtiens après le douloureux et tragique accident qui a coûté la vie à 49 résidents au Koweït », selon un communiqué des Affaires étrangères.

Il a également « appelé à un prompt rétablissement des personnes blessées lors de ce drame », a ajouté le communiqué sans préciser la nationalité des victimes.

L’incendie, dans la banlieue de Mangaf, située au sud de la capitale koweïtienne, a fait une quarantaine de blessés, selon le ministère de l’Intérieur.

Le feu s’est déclaré dans les étages inférieurs d’un bâtiment habité par des travailleurs asiatiques, ont indiqué des témoins, et s’est vite propagé dans les étages supérieurs.

Le bâtiment de six étages servait à loger 196 travailleurs, a indiqué un responsable de la compagnie qui les emploie, durant la visite du ministre de l’Intérieur, cheikh Fahd al-Youssef, qui s’est rendu au chevet des blessés.

Le propriétaire du bâtiment a été arrêté dans le cadre d’une enquête sur une éventuelle négligence, a indiqué le ministre de l’Intérieur durant sa visite sur les lieux.

Lutter contre les négligences

Le ministre a déclaré à des journalistes avoir l’intention de demander à la municipalité de la capitale d’évacuer tous les bâtiments de cette banlieue qui ne respectent pas les règlements en matière de sécurité.

« Nous allons nous attaquer au problème des zones surpeuplées par les travailleurs étrangers et aux négligences qui en résultent », a-t-il assuré.

Le premier ministre indien Narendra Modi a qualifié le sinistre d’« attristant » dans un message sur X.

« Mes pensées vont à tous ceux qui ont perdu leurs proches », a écrit M. Modi, alors que l’ambassade indienne au Koweït a mis en place une ligne d’assistance d’urgence.

Le ministre d’État indien aux Affaires étrangères, Kirti Vardhan Singh, est en route pour le Koweït pour coordonner l’aide et rapatrier les morts, a déclaré le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères.

La majorité de la population du Koweït, comptant 4,3 millions de personnes, est composée de ressortissants étrangers, dont essentiellement de travailleurs d’origine asiatique.

En 2009, une Koweïtienne a aspergé d’essence et mis le feu à une tente qui abritait des femmes et des enfants lors du mariage de son mari qui avait alors pris une seconde épouse. Le nombre des morts avait dépassé la cinquantaine.

Nusra al-Enezi, qui descendait d’une des plus importantes tribus du pays, a été pendue en 2017 pour ce crime qui avait choqué à l’époque la société dans la riche monarchie pétrolière du Koweït.