(Beyrouth) Onze djihadistes du groupe État islamique (EI) ont péri dans une série de frappes nocturnes menées par l’aviation russe en Syrie, a indiqué jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Publié le 13 janvier
Agence France-Presse

L’OSDH a fait état de 11 djihadistes tués « au cours des dernières heures dans des frappes aériennes menées par l’aviation russe contre l’État islamique dans le désert syrien ».  

Les frappes ont été menées « dans le désert de al-Sakhné et Tadmor (centre) et dans le désert de Deir Ezzor (est) ».  

« Les djihadistes se cachent dans des grottes » situées dans cette région désertique où des cellules de l’EI sont toujours actives, a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahman.  

Selon l’OSDH, environ 20 autres djihadistes ont été blessés, certains d’entre eux gravement.

Offensive de l’État islamique

Les frappes russes interviennent après que cinq combattants prorégime ont été tués mercredi soir et 14 autres blessés lors d’une offensive par l’EI contre leurs positions près de Boukamal, à la frontière syro-irakienne.

Les djihadistes de l’EI ont brûlé les corps de certaines victimes, selon l’ONG basée au Royaume-Uni et qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie.

Quelques heures avant, « trois soldats prorégime ont péri et cinq autres ont été blessés » dans une attaque similaire de l’EI dans la province syrienne de Deir Ezzor, selon l’OSDH.

L’attaque de l’aviation russe est la plus meurtrière du genre depuis novembre quand 16 djihadistes avaient été tués.  

L’OSDH a recensé plus de 229 frappes aériennes russes contre des cibles similaires en Syrie depuis le début de l’année 2021.

Depuis mars 2019, plus de 1636 combattants prorégime ont été tués contre 1128 djihadistes de l’EI, selon l’OSDH.

Le califat autoproclamé du groupe EI a été déclaré définitivement vaincu en mars 2019 au terme d’une longue offensive soutenue par les États-Unis.

Mais des cellules du groupe continuent de harceler les forces gouvernementales dans le vaste désert syrien.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait près d’un demi-million de morts selon l’OSDH et déplacé des millions de personnes.

La Russie soutient les forces gouvernementales syriennes depuis 2015, et grâce à cet appui crucial, le président syrien Bachar al-Assad a pu reprendre une grande partie du territoire qu’il avait perdu au début du conflit.