(Kaboul) Le groupe État islamique a revendiqué lundi l’attentat à la bombe la veille contre une mosquée qui a fait au moins cinq morts à Kaboul, après que les talibans ont affirmé avoir neutralisé une cellule dormante de l’EI dans la capitale afghane.

Agence France-Presse

L’État islamique a fait cette revendication par l’intermédiaire d’Amaq, son organe de propagande, affirmant que l’attaque avait été menée par un de ses combattants kamikazes.

Le porte-parole du gouvernement taliban, Zabihullah Mujahid, avait auparavant déclaré à l’AFP que de premières informations tendaient à faire peser la responsabilité de l’attentat sur l’EI.

Haine réciproque

Sous le nom EI-K (État islamique Province du Khorasan), le groupe a revendiqué certaines des attaques les plus sanglantes commises ces dernières années en Afghanistan.

Même s’il s’agit de deux groupes sunnites radicaux, l’EI et les talibans sont en concurrence et sont animés par une haine tenace et réciproque.

Le porte-parole taliban a annoncé qu’une cache abritant des éléments de l’EI avait été détruite et ses occupants tués dimanche soir dans le nord de Kaboul.

Des témoins et des journalistes de l’AFP ont entendu des explosions et des échanges de coups de feu dans la capitale au moment de l’opération. Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont aussi montré une grosse explosion suivie d’un incendie.

« La nuit dernière, une unité spéciale des moujahidines de l’Émirat islamique a mené une opération contre des insurgés de l’EI », dans un district de Kaboul, a déclaré M. Mujahid sur son compte Twitter.

La cache de l’EI « a été complètement détruite et tous les membres de l’EI à l’intérieur ont été tués », a-t-il assuré.

« Combats intenses »

Un fonctionnaire habitant le quartier, Abdul Rahaman, a indiqué à l’AFP qu’un « grand nombre » de membres des forces spéciales talibanes avaient attaqué au moins trois maisons alentour pendant « plusieurs heures ».

Les talibans « ont dit qu’ils cherchaient des combattants de Daech (l’acronyme arabe de l’EI) dans le coin », a-t-il repris. « Je ne sais pas combien ont été tués ou arrêtés, mais les combats étaient intenses ».

Cette opération a eu lieu quelques heures à peine après un attentat à la bombe dimanche contre la mosquée Id Gah de Kaboul, où se tenait une cérémonie funéraire pour la mère de M. Mujahid, décédée la semaine passée.

Au moins cinq personnes ont été tuées et 11 blessées, des civils et des talibans, a indiqué à l’AFP un responsable gouvernemental ayant requis l’anonymat. Trois personnes ont été arrêtées en lien avec cette attaque, selon cette même source.

La bombe a été activée au moment où les fidèles quittaient l’édifice après avoir présenté leurs condoléances à M. Mujahid et ses proches, a précisé ce responsable.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Qari Sayed Khosti, a indiqué à l’AFP que l’attaque avait été menée par un kamikaze, qui « a fait détoner ses explosifs au milieu de la foule ».