(La Haye) Les États membres du Conseil exécutif de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont appelé lundi la Syrie à autoriser la venue sur son sol d’inspecteurs.

Agence France-Presse

Ils estiment que Damas continue à enfreindre ses obligations concernant la vérification de l’éventuelle présence d’armes chimiques sur des sites susceptibles d’en produire ou d’en stocker.

La Russie aussi montrée du doigt

La Grande-Bretagne, les États-Unis et leurs alliés ont également appelé la Russie à fournir des explications après l’empoisonnement en 2020 de l’opposant Alexeï Navalny, qui selon les experts occidentaux a été victime de l’agent neurotoxique Novitchok conçu à l’époque soviétique.

La Syrie est soumise à de nouvelles pressions de l’OIAC après avoir refusé de délivrer un visa à un membre d’une équipe d’inspecteurs qui doit s’y rendre en octobre.

« Il est impératif que la Syrie délivre les visas… sans obstruction ou délai », a déclaré l’ambassadrice britannique Joanna Roper à l’issue d’une réunion à La Haye du Conseil exécutif des États membres de l’OIAC.

Mme Roper a également demandé à la Syrie à fournir de « explications » sur le sort de deux cylindres de chlore identifiés comme une preuve d’une attaque chimique menée contre la ville de Douma en 2018.

Les autorités syriennes ont récemment affirmé à l’OIAC que les deux cylindres avaient été détruits lors d’une attaque non précisée contre l’une de ses installations d’armes chimiques en juin.

Plus 40 personnes tuées au chlore

Plus de 40 personnes avaient été tuées dans l’attaque contre Douma, ce qui avait incité les pays occidentaux à déclencher un barrage de missiles sur trois installations susceptibles de produire des armes chimiques.

L’équipe d’inspecteurs ne se rendra pas à Damas si tous ses membres n’obtiennent pas un visa, a déclaré le directeur général de l’OIAC Fernando Arias.

Selon M. Arias, les déclarations de Damas sur ses armes chimiques restantes « ne peuvent pas être considérées comme précises et complètes » en raison de « lacunes, d’incohérences et de contradictions qui ne sont toujours pas résolues ».

Le régime du président Bachar al-Assad nie toujours utiliser des armes chimiques et affirme avoir remis tous ses stocks conformément à un accord conclu en 2013, après une attaque présumée au sarin, un agent neurotoxique, qui a tué 1400 personnes à Ghouta dans la banlieue de Damas.

Londres et Washington ont également appelé la Russie à apporter des clarifications concernant l’empoisonnement de M. Navalny. Moscou a nié toute implication dans cet empoisonnement.

« La Fédération de Russie doit fournir des explications concernant l’utilisation d’une arme chimique contre M. Navalny sur son territoire, et déclarer ses armes chimiques restantes, dont l’agent (innervant) Novitchok », a déclaré l’ambassadeur des États-Unis Joseph Manso dans un communiqué.