(Pont cheikh Hussein) Un Jordanien d’origine palestinienne, auteur d’un attentat à la bombe à Tel-Aviv, est rentré mardi au pays après avoir passé 20 ans derrière les barreaux d’une prison israélienne, a constaté un journaliste de l’AFP.

Agence France-Presse

Après avoir franchi le pont cheikh Hussein reliant le nord-est d’Israël au royaume hachémite, Abdallah Abou Jaber, 46 ans, a été reçu avec des fleurs et des cris de joie par les membres de sa famille.

Portant sur une épaule un keffieh palestinien à damier noir et blanc et un drapeau jordanien à damier rouge et blanc sur l’autre épaule il a affirmé : « Il y a vingt ans, j’ai effectué un voyage non pas de tourisme, mais de résistance », a-t-il dit.

« J’ai fait mon devoir de Palestinien car nous devons libérer au plus vite la terre de Palestine », a encore ajouté l’ex-détenu, originaire de Baqaa, le plus grand camp de réfugiés palestiniens de Jordanie, situé à 20 km au nord d’Amman.

Il a par ailleurs lancé un appel à mettre fin aux divisions entre les deux principales formations palestiniennes, le parti historique Fatah et le mouvement islamiste Hamas.  

« Les divisions nous séparent y compris dans les prisons. Nous devons nous unir pour faire face à l’ennemi sioniste », a-t-il insisté avant de faire le V de la victoire.

« Nous sommes très heureux de la libération de ce héros, membre du Fatah et de la Brigade des Martyrs d’al-Aqsa », branche armée de la formation, a déclaré à l’AFP Younes Abou Sil, membre du Conseil national palestinien (parlement de l’Organisation de libération de la Palestine), qui se trouvait sur place.

Il « a passé 20 ans en prison pour avoir mené une opération visant à venger la mort de milliers de Palestiniens », a-t-il ajouté.  

Abdallah Abou Jaber s’est rendu ensuite au cimetière de Baqaa, pour se recueillir sur la tombe de ses parents morts durant sa captivité.

Un député jordanien, Ahmad al Sarahnah, a indiqué à l’AFP que 23 Jordaniens étaient actuellement en prison en Israël.

« La semaine dernière, nous avons demandé au ministre des Affaires étrangères d’intervenir officiellement (auprès d’Israël) pour obtenir qu’ils soient soignés de la COVID-19 et vaccinés », a-t-il dit.

Selon l’acte d’accusation israélien, Abdallah Abou Jaber était entré illégalement en Israël pour commettre, le 28 décembre 2000, un attentat à la bombe contre un autobus à Tel-Aviv, qui avait fait 13 blessés. Il avait été arrêté le lendemain, selon la police israélienne.

Quelque 2,2 millions de réfugiés palestiniens sont enregistrés en Jordanie auprès des Nations unies.