(Nations unies) Les affrontements au Proche-Orient doivent « cesser immédiatement » car ils risquent « de déclencher une crise sécuritaire et humanitaire incontrôlable » dans la région, a averti dimanche le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, en ouvrant une réunion d’urgence du Conseil de sécurité.

Agence France-Presse

« Le carnage a continué aujourd’hui. Ce cycle insensé d’effusion de sang, de terreur et de destruction doit cesser immédiatement », a-t-il insisté lors de cette session en visioconférence à laquelle participent plusieurs ministres.

PHOTO MAHMUD HAMS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Une excavatrice nettoie les décombres d'un bâtiment détruit par les frappes israéliennes dans le quartier résidentiel de Rimal, à Gaza, le 16 mai.

Selon des diplomates, une déclaration du Conseil est négociée en parallèle, mais l’appui à un texte des États-Unis, qui s’y sont refusés depuis une semaine, restait incertain dimanche matin.  

« Les affrontements doivent cesser immédiatement. Les roquettes et les mortiers d’un côté et les bombardements aériens et d’artillerie de l’autre doivent cesser », a aussi affirmé Antonio Guterres.  

PHOTO FABRICE COFFRINI, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres

« Les affrontements risquent d’entraîner Israéliens et Palestiniens dans une spirale de violence aux conséquences dévastatrices pour les deux communautés et pour toute la région », a-t-il poursuivi.

La violence « a le potentiel de déclencher une crise sécuritaire et humanitaire incontrôlable et d’encourager davantage l’extrémisme, non seulement dans les territoires palestiniens occupés et en Israël, mais dans l’ensemble de la région », a-t-il mis en garde.

Israël accuse le Hamas d’avoir « prémédité » le conflit

L’ambassadeur israélien aux États-Unis et auprès de l’ONU, Gilad Erdan, a accusé dimanche le mouvement palestinien Hamas d’avoir « prémédité » une guerre avec Israël et de vouloir « s’emparer du pouvoir en Cisjordanie », lors de la réunion d’urgence.

« Le Hamas a choisi d’accélérer des tensions, utilisées comme prétexte, pour commencer cette guerre » avec Israël, a affirmé le diplomate israélien, en évoquant une « manipulation palestinienne ».

Il n’y a « aucune justification au tir aveugle de roquettes contre des civils », a-t-il souligné. Les Palestiniens « utilisent des boucliers humains », augmentant le nombre de victimes civiles, a assuré Gilad Erdan.

Il a réclamé au Conseil de sécurité de l’ONU de condamner les attaques à la roquette, alors que ses 15 membres peinent à s’entendre sur une déclaration commune depuis une semaine.

Selon l’ambassadeur israélien, qui a salué le soutien apporté à son pays par les États-Unis, l’État hébreu n’avait « pas d’autre choix » que de riposter aux attaques des Palestiniens pour les faire cesser.