(Jérusalem) Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a prévenu vendredi que les raids sur la bande de Gaza n’allaient pas prendre fin prochainement, après une intensification des frappes de l’armée sur l’enclave, ayant déjà fait plus de 100 morts en quelques jours.

Agence France-Presse

« J’ai dit que nous infligerions de sérieux revers au Hamas et à d’autres groupes terroristes […]. Ils payent et continueront de payer chèrement. Ce n’est pas encore fini », a déclaré M. Nétanyahou après une réunion au ministère de la Défense, d’après un communiqué.

L’armée israélienne a multiplié les bombardements « pour infliger des dommages sévères aux tunnels » qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas, qui a tiré des centaines de roquettes vers Israël, de circuler à travers la bande de Gaza, a-t-elle indiqué.

Les frappes se poursuivent vendredi après-midi, selon un journaliste de l’AFP. Plus tôt, l’armée a indiqué avoir ciblé « une brigade terroriste » prête à tirer des roquettes vers Israël.

Parmi les cibles visées, selon l’armée israélienne, se trouvait notamment le réseau de tunnels qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas de se déplacer dans la bande de Gaza, ainsi qu’une « une brigade terroriste » prête à tirer des roquettes vers Israël.

Depuis le début lundi de ce nouveau cycle de violences, 119 Palestiniens, parmi lesquels 31 enfants, ont été tués dans la bande de Gaza, et 830 personnes ont été blessées, selon les autorités locales.