(Amman) Hasna al-Hariri, figure de la révolution syrienne vivant en exil en Jordanie, a été transférée jeudi dans un camp de réfugiés après avoir reçu l’ordre des autorités jordaniennes de « cesser ses activités », selon elle.

Agence France-Presse

« Les services de sécurité jordaniens m’ont annoncé lundi mon transfert à Azraq (un camp de réfugiés, NDLR), avec interdiction d’en sortir », a-t-elle expliqué par téléphone à l’AFP.

Elle a affirmé avoir été transférée avec son fils, sa belle-fille, ses trois petits-enfants et un autre ressortissant syrien vers ce camp du nord-est de la Jordanie, qui abrite 42 500 réfugiés sous haute surveillance.

Ce transfert a été confirmé à l’AFP par une source de sécurité s’exprimant sous couvert d’anonymat, qui n’a pas donné de motif.

La militante a aussi affirmé ignorer les raisons de son transfert et a assuré que ses « activités » en Jordanie « se limitaient à parler à des parents et à des connaissances en Syrie ».

Des internautes ont pris sa défense sur Facebook.

Il y a un mois, Mme Al-Hariri avait indiqué avoir été convoquée par les services de sécurité et sommée de cesser ses activités sous quatorze jours. Une source gouvernementale jordanienne avait qualifié celles-ci d’« illégales », sans autre précision.

La militante avait évoqué sa crainte d’être expulsée vers la Syrie, ce que la source gouvernementale avait démenti.

« La Jordanie ne permettra à personne de violer la loi et de profiter de sa présence en Jordanie pour se livrer à des activités contraires à ses intérêts nationaux et à sa politique de non-ingérence dans les affaires extérieures », avait dit cette source.

Toujours selon cette source, Amman « ne l’a pas obligée à retourner en Syrie, mais l’a prévenue à plusieurs reprises d’arrêter des activités illégales qui portent atteinte à la Jordanie ».

Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, a affirmé à l’AFP que cette affaire n’était « pas liée » aux « activités politiques » de la militante.

Selon lui, Hasna al-Hariri est soupçonnée d’avoir détourné « à son profit » des dons « pour les familles de martyrs en Syrie ou pour l’opposition dans le Sud ».

Mme Hariri a dénoncé de « fausses allégations ». « De qui ai-je pu prendre de l’argent ? De réfugiés syriens ? Ils ont déjà du mal à acheter du pain ».

Âgée de 59 ans et originaire de Deraa (sud), berceau du soulèvement de 2011 en Syrie, elle a perdu trois fils, quatre frères et son mari durant la révolte contre le régime de Damas.

Emprisonnée à trois reprises, elle a fini par trouver refuge en 2014 à Irbid, dans le nord de la Jordanie.