(Washington) Les États-Unis ont dit mercredi ne pas être d’accord avec la conclusion d’un rapport de l’ONG Human Rights Watch, qui a accusé Israël d’« apartheid » envers les Palestiniens.

Agence France-Presse

« Cette administration ne pense pas que les actions d’Israël constituent un apartheid », a déclaré un porte-parole du département d’État américain.

Le département d’État du gouvernement de Joe Biden a toutefois dit qu’il ne ferait pas « d’évaluations publiques de rapports [rédigés] par des groupes extérieurs », à rebours de l’administration de Donald Trump qui rabrouait haut et fort les organisations critiquant Israël.

Le porte-parole a renouvelé un appel à Israël et aux Palestiniens à « s’abstenir d’actions unilatérales qui attiseraient les tensions », y compris les activités liées à la colonisation et l’incitation à la violence.

Human Rights Watch a qualifié mardi dans un rapport d’« apartheid » la politique d’Israël à l’égard des Arabes sur son sol et des Palestiniens dans les Territoires occupés, une accusation farouchement contestée par l’État hébreu.

« Sur la base de ses recherches, Human Rights Watch conclut que le gouvernement israélien maintient une domination délibérée de la population juive israélienne sur les Palestiniens à travers Israël et les Territoires occupés », souligne le rapport.  

Le ministère israélien des Affaires étrangères a qualifié le texte de « tract de propagande » sans lien « avec les faits ou la vérité sur le terrain », estimant qu’il était rédigé par une organisation mue « de longue date par un agenda anti-israélien ».