(Amman) Abdallah II de Jordanie, confronté à une fracture inédite au sein de la famille royale, est un ancien militaire de carrière, allié de l’Occident, qui a fait de la stabilité du pays sa grande priorité depuis deux décennies.

Sammy Ketz
Agence France-Presse

Fils aîné du roi Hussein et d’une ressortissante britannique, Antoinette Gardiner, devenue la princesse Muna, il accède au trône à la mort de son père en juin 1999, quelques semaines seulement après avoir été désigné prince héritier.

À l’époque, âgé de 37 ans, cet ancien pensionnaire de l’académie britannique de Sandhurst mène une carrière militaire remarquée. « Il adorait cette vie et c’est presque à regret qu’il l’a abandonnée pour devenir roi », affirme une personne qui l’a bien connu.

Des années plus tard, le roi Abdallah II avouera que rien ne l’avait préparé à diriger un État dans un environnement si troublé, avec à ses portes l’Irak, la Syrie et le conflit israélo-palestinien.

« Cela n’a ressemblé en rien à ce que je pensais trouver », a-t-il confié à un journaliste britannique, évoquant un plongeon soudain « dans le grand bain ».

PHOTO WIKIPÉDIA

Le prince Abdallah II de Jordanie au Forum de Davos en 2013.

Mais si, depuis 1999, se sont multipliées les menaces extérieures comme l’invasion américaine de l’Irak ou la guerre en Syrie, c’est à une crise au sein même du système monarchique que le souverain hachémite est aujourd’hui confronté avec l’assignation à résidence de son demi-frère Hamza, sur fond de rumeurs de tentative de déstabilisation du trône.

Parachutiste et pilote

Agé de 59 ans, Abdallah II, 41e descendant direct du prophète Mahomet (selon la généalogie officielle), est né le 30 janvier 1962 à Amman.

Enfant, il fait sa scolarité à Amman, puis au Royaume-Uni et aux États-Unis. Mais c’est l’uniforme militaire qui l’attire.

Après sa sortie de l’académie de Sandhurst en 1980, il va même servir dans l’armée britannique en Allemagne.

De retour en Jordanie, il occupe différentes positions, passe son brevet de parachutiste, devient commandant de char et apprend à piloter un hélicoptère, avant de diriger les forces spéciales.

En 1993, il épouse Rania al-Yassine, d’origine palestinienne, qui travaille alors au service marketing d’Apple.

Le couple affiche sa modernité. En 1995, le prince fait même une apparition dans la série américaine Star Trek, dont il est fan.

Quatre enfants naissent de leur union, dont l’ainé Hussein qui hérite du titre de prince héritier en 2004 aux dépens du prince Hamza, fils de la reine Noor, quatrième et dernière épouse du roi Hussein.

Au moment où Abdallah II prête serment le 9 juin 1999, après plus de quatre décennies de règne de son père, beaucoup doutent de sa capacité à mener à bien la fragile embarcation monarchique.

Dos rond

En 2003, le roi s’oppose à l’intervention américaine en Irak, qui bouleverse la région et donnera ensuite naissance à l’une des plus redoutables organisations djihadistes, le groupe État islamique, qui sévira aussi en Jordanie au milieu des années 2010.

En 2011, Abdallah II parvient à éviter que le Printemps arabe ne l’emporte. Il qualifiera ce qu’il s’est passé dans son pays « de printemps civilisé ».

Autre axiome du roi : empêcher à tout prix que son pays ne devienne une patrie de substitution pour les Palestiniens, comme le souhaite notamment l’ultra-droite israélienne.

Allié de l’Occident, Abdallah II a entretenu d’excellentes relations avec le président américain Barack Obama. Mais il doit faire le dos rond sous Donald Trump, en s’arc-boutant sur le principe du droit des Palestiniens à se doter d’un État avec Jérusalem comme capitale et sur la défense de ses prérogatives sur les lieux saints.

Abdallah II a aussi dû faire face à l’arrivée massive de réfugiés syriens (quelque 700 000 inscrits auprès de l’ONU mais les autorités parlent de 1,3 million), après avoir accueilli des dizaines de milliers d’Irakiens ayant fui la guerre civile et la terreur de l’EI dans leur pays.

Sur le plan économique, dès son accession au trône, il lance un large programme de libéralisation pour attirer les investissements, dans un pays dépourvu d’hydrocarbures.

En 2012, il supprime notamment les subventions sur les produits pétroliers.

Confronté à des mouvements de protestation, Abdallah II est à chaque fois parvenu ces dernières années à les contenir par des reformes politiques, tout en s’attirant les critiques d’ONG sur des atteintes aux droits humains.