(Samarra) Sept roquettes ont visé lundi soir une base aérienne abritant des soldats américains au nord de Bagdad, dernier épisode en date d’une série d’attaques dont Washington fait porter la responsabilité à des factions pro-Iran.

Mahmoud SALEH
Agence France-Presse

Le 3 mars déjà, un sous-traitant américain avait été tué lors d’une attaque contre une autre base aérienne, celle d’Aïn al-Assad, dans l’ouest désertique de l’Irak.

L’attaque de lundi soir n’a fait ni victime ni dégât à l’intérieur de la base de Balad, a précisé à l’AFP un responsable de la sécurité.

Selon lui, seules deux roquettes étaient bien tombées dans l’enceinte de la base, tandis que cinq autres s’étaient écrasées sur le village proche d’al-Bou Hassan.

Les roquettes, de type Katioucha, ont été tirées depuis un village de la province voisine de Diyala, plus à l’est, un lieu où d’autres lancements de roquettes sur Balad ont déjà été localisés, a poursuivi la même source.

Les derniers tirs n’ont pas été revendiqués dans l’immédiat, mais Washington pointe à chaque fois les nombreux groupes armés entraînés et financés par l’Iran.

Depuis mi-février, les tirs de roquettes en Irak contre des troupes américaines ou l’ambassade des États-Unis ont repris.  

Précédents meurtriers

Des roquettes sont ainsi tombées près de l’ambassade américaine à Bagdad et d’autres avaient déjà visé la base aérienne de Balad, blessant un employé irakien d’une entreprise américaine chargée de la maintenance de F-16.

Des roquettes ont également touché une base militaire abritant la coalition à l’aéroport d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien dans le nord. Deux personnes ont péri, dont un entrepreneur civil étranger travaillant pour la coalition.

Avant cela, durant près de deux mois, les pro-Iran avaient respecté une trêve qu’ils avaient annoncé unilatéralement.

Si les installations militaires ou diplomatiques américaines avaient été épargnées durant cette période, des bombes ont à plusieurs reprises explosé au passage de convois irakiens de soutien logistique aux troupes de la coalition formée en 2014 par Washington pour défaire le groupe État islamique (EI).

Ennemis jurés, la République islamique d’Iran et les États-Unis ont tous deux une présence ou des alliés en Irak.

Washington y déploie quelque 2500 militaires et l’Iran a entre autres le soutien du Hachd al-Chaabi, puissante coalition de paramilitaires intégrée à l’État irakien, composée principalement de factions armées et financées par Téhéran.

Et à chaque attaque meurtrière, Washington menace de faire « le nécessaire » et promet de faire payer le prix fort à l’Iran.

Fin février, les États-Unis ont ainsi mené un raid contre des miliciens irakiens pro-Iran en Syrie.  Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), 22 miliciens irakiens avaient péri. Selon le Pentagone, la frappe n’avait fait qu’un mort.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a reconnu que cette frappe n’avait pas eu l’effet dissuasif escompté, mais plaidé que « personne ne veut d’une escalade ».

En janvier 2020, une telle spirale avait failli dégénérer en conflit ouvert en Irak, après qu’un drone américain avait tué le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad, en riposte à la mort d’Américains en Irak.