(Washington) Un bombardier américain B-52 a survolé mercredi la région du Golfe, dans la troisième démonstration de force dirigée vers les adversaires des États-Unis, notamment l’Iran, depuis le début de l’année.

Agence France-Presse

Le bombardier lourd dit « Stratofortress », qui peut transporter des armes nucléaires, a décollé de la base aérienne de Barksdale, en Louisiane, et volé en formation avec des chasseurs F-15 de l’armée de l’air saoudienne, a indiqué dans un communiqué le commandement central de l’armée américaine (CENTCOM).

Cette mission était destinée à « démontrer la capacité de l’armée américaine à déployer des forces aériennes partout dans le monde pour dissuader de toute attaque et montrer l’engagement des États-Unis envers la sécurité de la région », a souligné CENTCOM.

PHOTO U.S. AIR FORCE, VIA ARCHIVES REUTERS

Un bombardier B-52 a survolé la région du golfe Persique pour la première fois depuis l’arrivée à la Maison-Blanche du président Joe Biden. Ci-haut, un B-52 lors d’une mission au-dessus de l’Afghanistan.

C’est le troisième survol de la région par des B-52 depuis le début de l’année, mais le premier depuis l’arrivée à la Maison-Blanche du président Joe Biden, qui n’apparait pas vouloir changer de stratégie militaire au Proche-Orient, mais a fait part de son intention de ramener les États-Unis dans le giron de l’accord nucléaire avec Téhéran.

Même si l’armée américaine a réduit sa présence militaire en Irak et Afghanistan sous la direction de l’ex-président Donald Trump, portant le contingent à 2500 militaires dans chaque pays, le Pentagone a fortement renforcé sa posture autour de l’Irak pour dissuader l’Iran d’y attaquer ses troupes.

« Les États-Unis ne cherchent pas le conflit, mais ils restent positionnés pour répondre à toute éventualité partout dans le monde et déterminés à le faire », a ajouté le commandement militaire américain.