(Washington) Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé vendredi une nouvelle salve de sanctions tous azimuts contre les adversaires des États-Unis, déterminé jusqu’au bout à semer des obstacles sur la route du futur président Joe Biden à cinq jours de son investiture.

Agence France-Presse

Dans une avalanche de communiqués, il a d’abord visé des entreprises basées en Iran, en Chine ou aux Émirats arabes unis accusées d’avoir eu recours au secteur iranien du transport maritime, déjà sur la liste noire américaine.

Et il a renforcé les mesures punitives contre plusieurs entités iraniennes des secteurs maritime, aérien et aérospatial pour contribution à la « prolifération » d’armes conventionnelles au Moyen-Orient.

« Pression maximale »

Des actes avant tout symboliques, mais le message est clair : Mike Pompeo durcira jusqu’à la dernière minute de son mandat la campagne de « pression maximale » contre Téhéran dont il est le fer de lance.

Avec une intention à peine voilée, celle de compliquer la tâche du président désigné démocrate.

Joe Biden veut revenir dans l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien, dont Donald Trump a retiré les États-Unis.

Pour cela, il devra notamment lever les sanctions américaines imposées par l’administration Trump.

Plus Mike Pompeo ajoute des strates, plus l’écheveau sera donc long et difficile à démêler par son successeur désigné Antony Blinken.

Washington a aussi imposé des sanctions financières au ministre cubain de l’Intérieur Lazaro Alberto Alvarez Casas, pour « violations graves des droits humains ».

« La répression des libertés fondamentales par le régime Castro mérite la condamnation et la réaction de tous les pays qui respectent la dignité humaine », a martelé Mike Pompeo, qui, au département d’État, ne s’est pas distingué comme un défenseur des droits humains dans le monde.

L’administration Trump, qui s’est employée depuis quatre ans à revenir sur le rapprochement historique entre les États-Unis et l’île communiste engagé par l’ex-président américain Barack Obama, avait déjà remis lundi Cuba sur la liste noire des « États soutenant le terrorisme ».

Là aussi, Joe Biden va se heurter à ces mesures dans son souhait de renouer avec une politique de détente avec La Havane.

« Cet effort pour mettre Cuba à l’index vient d’un régime dont la politique étrangère ne laisse derrière elle qu’isolement et défaites », a réagi le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez.

« Tristesse, colère et pitié »

La troisième série de sanctions décrétée vendredi pourrait être plus consensuelle.

Mike Pompeo a placé sur sa liste noire six responsables chinois ou hongkongais dans le sillage du coup de filet mené la semaine dernière par les autorités de Hong Kong contre plus d’une cinquantaine de figures de l’opposition prodémocratie, arrêtées au nom de la draconienne loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin.

Antony Blinken, qui sera auditionné mardi au Sénat appelé à valider sa nomination comme secrétaire d’État, a lui aussi promis d’être « au côté du peuple de Hong Kong contre la répression de Pékin ».

Mais la multiplication des sanctions comme outil privilégié de la diplomatie américaine, portée à des niveaux inédits par le gouvernement sortant républicain, est contestée côté démocrate et parmi de nombreux experts. À leurs yeux, elle n’a pas permis au duo Trump-Pompeo d’infléchir l’attitude de ses bêtes noires, de l’Iran à la Chine en passant par Venezuela ou Cuba.

Après le 20 janvier, Mike Pompeo devrait dans un premier temps retourner au Kansas, dont il fut l’élu au Congrès. Le plus fidèle des secrétaires trumpistes, qui ne s’est pas démarqué du président même après l’assaut donné par ses partisans au Capitole, n’y recevra pas forcément le meilleur des accueils.

Dans un éditorial au vitriol, le journal Kansas City Star a estimé que le monde regarde aujourd’hui l’Amérique « avec un mélange de tristesse, de colère et de pitié ».

« Il a passé les derniers mois à tout faire pour saboter la politique étrangère de la future administration Biden », a-t-il écrit. « L’Amérique se portera mieux après son départ. Et le Kansas se portera beaucoup mieux s’il décide de rester à l’écart de son État adoptif pour toujours. »

Quant aux ambitions présidentielles de Mike Pompeo, elles sont douchées par l’un des premiers sondages sur la primaire républicaine pour 2024 : il n’obtient que 1 % des intentions de vote.