(Jérusalem) Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi un troisième confinement général d’au moins deux semaines pour juguler une hausse des contaminations au nouveau coronavirus, quelques jours après le lancement d’une campagne de vaccination nationale.

Agence France-Presse

Mercredi, le ministère de la Santé a par ailleurs confirmé quatre cas de la variante du virus apparu au Royaume-Uni.

« Un confinement général sera imposé à partir de dimanche 27 décembre à 17 h (15 h GMT) pour deux semaines », a indiqué le bureau du premier ministre Benyamin Nétanyahou dans un communiqué.

Cette mesure pourra être reconduite pour deux semaines à moins que le nombre de nouveaux cas journaliers passe en dessous de la barre des 1000, est-il ajouté.

Les Israéliens ne pourront se déplacer à plus d’un kilomètre de leur domicile et la plupart des commerces seront fermés sauf pour les livraisons.

Les secteurs professionnels ne recevant pas de public ne doivent conserver que 50 % de leur personnel dans les locaux.  

Il sera toutefois possible d’aller se faire vacciner et le système scolaire fonctionnera partiellement.  

Après un premier confinement national au printemps, les autorités en avaient imposé un deuxième en septembre lorsque le pays a connu l’un des taux d’infection par habitant les plus élevés au monde.  

Après une baisse, il est reparti à la hausse avec actuellement 385 022  cas de COVID-19, dont 3150 décès, pour une population de neuf millions d’habitants.

Cette annonce intervient alors que l’État hébreu a lancé lundi la vaccination grand public.  

Cette semaine, les autorités ont interdit l’entrée du pays aux ressortissants étrangers en provenance du Royaume-Uni, du Danemark et d’Afrique du Sud, où une variante du coronavirus a été détectée.  

Israël a aussi durci ses mesures sanitaires en imposant une quarantaine obligatoire pour tous les voyageurs entrant dans le pays.