(Kandahar) Des dizaines de combattants talibans ont été tués lors de violents combats la nuit dernière entre les forces afghanes et les insurgés qui ont pris d’assaut des postes de contrôle dans la province de Kandahar, bastion du groupe, ont déclaré des responsables dimanche.  

Agence France-Presse

« Les forces de sécurité ont repoussé l’assaut, tuant 51 terroristes et en blessant neuf autres », a déclaré le ministère afghan de la Défense dans un communiqué.

Les talibans ont mené des attaques quasi simultanées dans la nuit de samedi à dimanche contre des points de contrôle dans cinq districts autour de la ville de Kandahar – capitale de la province du même nom – après quoi les forces afghanes ont riposté via air et terre, a précisé le ministère.

Sept membres d’une famille ont également été tués dans une frappe aérienne des forces afghanes dans le district d’Arghandab, a indiqué un responsable local à l’AFP sous couvert d’anonymat.

« L’armée de l’air afghane voulait cibler une voiture bourrée d’explosifs… mais quand ils ont frappé la voiture et elle a explosé cela a causé la mort de civils », a ajouté cette source, précisant que la voiture visée était garée près d’une maison.  

Le ministère de la Défense a dit enquêter sur l’incident.

À travers la province, les combats, tirs et frappes aériennes ont duré plusieurs heures, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Les talibans, contactés par l’AFP, n’ont pas souhaité réagir à ces informations.

La province de Kandahar est le berceau du mouvement taliban, et la ville de Kandahar était la capitale de leur régime des années 1990. Si la ville est aujourd’hui sous contrôle du gouvernement, de nombreux districts des alentours sont contrôlés ou contestés par les insurgés.

Depuis quelques semaines, les talibans ont lancé une offensive de grande envergure dans des districts voisins de la ville de Kandahar tels que Zherai, Dand, Panjwai, ou encore Arghandab.

En octobre, les insurgés avaient lancé une offensive similaire dans la province voisine du Helmand, qui avait forcé des dizaines de milliers d’habitants à fuir leurs maisons.  

Cet assaut, qui avait visé notamment Lashkar Gah, capitale du Helmand, avait poussé les États-Unis à mener des frappes aériennes pour défendre les forces afghanes.

Les insurgés se sont engagés à ne plus cibler les grands centres urbains et les forces américaines depuis la signature de l’accord américano-taliban en février.

Mais ils n’ont cependant fait qu’augmenter leurs attaques, quotidiennes, contre les forces afghanes à travers le pays, et notamment dans les zones rurales, malgré les pourparlers en cours entre les deux camps.

Ces négociations de paix, lancées en septembre au Qatar entre les talibans et le gouvernement afghan, ont été suspendues et reprendront le 5 janvier, ont affirmé les deux parties samedi.  

Les représentants des insurgés et de Kaboul ont tweeté avoir échangé « des listes préliminaires de points (à mettre) à l’ordre du jour des négociations interafghanes et avoir eu des discussions introductives sur ces sujets ».

Ces derniers mois, Kaboul a aussi été le théâtre de plusieurs attaques sanglantes, souvent revendiquées par le groupe État Islamique, dont des tirs de roquettes, samedi, qui ont tué un civil.  

Dimanche, une bombe attachée à un véhicule a également tué deux civils dans la capitale afghane, a indiqué la police.