(Ramallah) L’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a annoncé mardi soir la reprise de sa coordination avec Israël, officiellement à l’arrêt depuis mai dernier, une mesure qui devrait faciliter le quotidien de Palestiniens.  

Hossam EZZEDINE Agence France-Presse

« À l’aune des contacts à l’international de Mahmoud Abbas […] et compte tenu des engagements écrits et verbaux que nous avons reçus des Israéliens, nous allons reprendre les relations là où elles étaient avant le 19 mai 2020 », date de l’annonce de l’arrêt de la coordination sécuritaire, a déclaré le ministre des Affaires civiles, Hussein al-Cheikh.

Mahmoud Abbas avait justifié l’arrêt de la coordination sécuritaire pour protester contre le projet israélien, aujourd’hui suspendu, d’annexion de pans de la Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis 1967.

Cette décision avait eu des impacts sur la coordination pour les transferts de patients palestiniens gravement blessés ou malades vers des hôpitaux israéliens.

En arrêtant sa coordination avec Israël, l’Autorité palestinienne avait aussi arrêté de recevoir les transferts de taxes, notamment douanières, perçues par Israël pour le compte de cette institution.

Privée de ces revenus, l’Autorité palestinienne avait dû amputer le salaire de ses fonctionnaires, et ce, à une période où l’économie palestinienne tourne au ralenti en raison de la pandémie de COVID-19.

Dans un entretien par visioconférence avec des journalistes à Washington, le premier ministre Mohammed Shtayyeh a confirmé que le camp palestinien reprenait « contact avec les Israéliens sur des questions financières, sanitaires et politiques ».  

Au revoir, Trump, bonjour Biden

Cette annonce intervient à la veille de l’arrivée en Israël du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, dont l’administration avait entretenu des relations houleuses avec les Palestiniens.

Après la reconnaissance de la ville disputée de Jérusalem comme capitale d’Israël par le président Donald Trump, les Palestiniens avaient coupé les ponts avec Washington.  

Les Palestiniens, dont le négociateur en chef Saëb Erakat est décédé la semaine dernière de la COVID-19, ont salué la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle américaine.

Et le président Abbas avait déclaré avoir « hâte de travailler » avec l’équipe Biden pour « améliorer » les relations américano-palestiniennes et garantir « la justice et la dignité » des Palestiniens.

Les Palestiniens avaient maintenu le gel de leur coordination avec Israël lorsque le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou avait annoncé suspendre son projet d’annexion de pans de la Cisjordanie.

Le chef du gouvernement israélien avait fait cette déclaration à la suite de l’annonce de la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis, depuis rejoints par Bahreïn et le Soudan.

Les Palestiniens avaient alors crié à la « trahison », estimant que la normalisation des relations entre Israël et le monde arabe n’était envisageable qu’au terme d’un accord de paix israélo-palestinien.

Pourparlers

Les derniers pourparlers directs entre les deux camps ont échoué en 2014.  

Les Israéliens ont proposé ces derniers mois de discuter avec les Palestiniens sur la base du plan Trump qui prévoit non seulement de faire de Jérusalem la capitale d’Israël, mais aussi d’annexer près de 30 % de la Cisjordanie à l’État hébreu.

Selon M. Shtayyeh, les Palestiniens ont récemment présenté trois options à Israël : des négociations sous l’égide du Quartet (ONU, UE, Russie, États-Unis), le retour aux négociations à partir de là où elles s’étaient arrêtées en 2014 ou la reprise des engagements déjà signés.

« Il semble qu’Israël a choisi cette troisième option », a dit mardi soir M. Shtayyeh, en référence à la reprise de la coordination entre les deux camps avant l’arrivée prévue en janvier de Joe Biden à la Maison-Blanche.

Benyamin Nétanyahou et Joe Biden se sont entretenus mardi et ont convenu de se rencontrer « sous peu », ont indiqué à Jérusalem les services du premier ministre israélien sans plus de précision.  

L’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas en Cisjordanie et les islamistes du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza avaient, eux, amorcé des pourparlers afin d’unir leur voix contre le plan Trump et la normalisation des relations entre Israël et des pays arabes.

La reprise de la coordination entre Israël et l’Autorité palestinienne est « un coup de poignard » à ces pourparlers intrapalestiniens, a réagi mardi le Hamas, affirmant que Joe Biden « n’allait pas » mettre fin à « l’occupation » israélienne.