(Washington) Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell a vivement mis en garde le président Donald Trump contre une accélération du retrait des soldats américains en Afghanistan et en Irak, qui viendrait alimenter selon lui la « propagande » des extrémistes.

Agence France-Presse

« Les conséquences d’un départ prématuré des États-Unis pourraient se révéler pires encore que le retrait d’Obama en Irak en 2011, qui avait alimenté l’essor de l’EI », a déclaré lundi au Sénat M. McConnell, habituellement un allié politique du président.

En faisant cela, les États-Unis « abandonneraient » selon lui leurs alliés et laisseraient la place aux talibans en Afghanistan, en permettant également au groupe État islamique et à Al-Qaïda de se reconstruire.  

Donald Trump, qui avait promis de mettre un terme aux « guerres sans fin », a annoncé qu’il souhaitait ramener à 2500 le nombre de soldats américains en Afghanistan début 2021 et a même évoqué un retrait total pour Noël.  

Selon des médias américains, le Pentagone a reçu des instructions pour préparer le retrait de 2000 soldats d’Afghanistan et 500 d’Irak avant que M. Trump ne passe le pouvoir à son rival démocrate Joe Biden, le 20 janvier – ce qui reviendrait à garder un contingent militaire d’environ 2500 soldats dans chaque pays.

Le Pentagone n’a pas confirmé ces informations, qui précisaient que l’annonce pourrait être faite cette semaine par le président.

Avant son limogeage début novembre par Donald Trump, le secrétaire à la Défense Mark Esper avait insisté sur un minimum de 4500 soldats en Afghanistan, jusqu’à ce que les talibans démontrent une réduction de la violence sur le terrain.

Des pourparlers de paix sont en cours entre les talibans et le gouvernement afghan, faisant suite à un accord entre Washington et les insurgés qui entérine le retrait des forces américaines d’ici mi-2021.

Mais un retrait accéléré « ravirait les personnes qui nous souhaitent du mal », a averti M. McConnell. « Cela donnerait à Al-Qaïda, affaiblie et dispersée, une grande victoire en termes de propagande ».  

« Le spectacle des soldats américains abandonnant leurs installations et leurs équipements […] serait retransmis dans le monde entier comme le symbole d’une humiliation et d’une défaite américaine, et d’une victoire pour l’extrémisme islamiste », a-t-il martelé.