(Ramallah) Le premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a critiqué vendredi la visite du secrétaire d’État américain prévue la semaine prochaine dans une colonie israélienne en Cisjordanie occupée, estimant qu’il s’agissait d’un « dangereux précédent ».

Agence France-Presse

Mike Pompeo doit devenir le premier secrétaire d’État américain à visiter l’une des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, jugées illégales par le droit international.

Cette visite est une façon de « légitimer les colonies » et crée « un dangereux précédent qui viole le droit international », a déclaré Mohammed Shtayyeh à l’occasion de la visite à Ramallah de la ministre bulgare des Affaires étrangères, Ekaterina Zaharieva.

Critiquer Israël et « le tenir responsable des souffrances persistantes de notre peuple ne relèvent pas de “l’antisémitisme” mais est une façon de défendre les valeurs de justice, de liberté et de droit à l’autodétermination », a-t-il ajouté, selon l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

Selon des médias israéliens, M. Pompeo doit visiter le vignoble Psagot, près de Ramallah, dont l’un des vins avait été baptisé en son honneur après qu’il eut affirmé, il y a un an, que les colonies israéliennes n’étaient pas contraires au droit international.  

PHOTO AHMAD GHARABLI, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Vue sur le vignoble Psagot, près de Ramallah

Le département d’État américain n’a pas confirmé ces informations dans l’immédiat et avait seulement indiqué mardi dans un communiqué que M. Pompeo devait se rendre en Israël à l’occasion d’une tournée au Moyen-Orient et rencontrer le premier ministre israélien.

La colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens s’est accélérée ces dernières années sous l’impulsion de M. Nétanyahou et depuis l’arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, fervent soutien de l’État hébreu.

La visite du secrétaire d’État américain en Israël interviendra deux mois avant l’investiture du président élu des États-Unis, Joe Biden.

Le démocrate s’est par le passé montré critique à l’encontre des colonies israéliennes et s’est engagé à intensifier les efforts diplomatiques visant à la création d’un État palestinien.

Le vignoble que doit visiter le chef de la diplomatie américaine s’est retrouvé au cœur d’un litige international lorsqu’une décision française, validée dans un second temps par la Cour européenne, l’a contraint à étiqueter ses produits comme provenant des colonies israéliennes et non d’Israël.  

Plus de 450 000 Israéliens vivent en Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis 1967 où vivent 2,8 millions de Palestiniens.