(Ramallah) Les Palestiniens ont déploré lundi une victoire des partisans de « l’annexion » après la diffusion des premières estimations des résultats des législatives israéliennes qui placent en tête le premier ministre Benyamin Nétanyahou, favorable à la colonisation dans les Territoires palestiniens.

Agence France-Presse

Les sondages de sortie des urnes montrent que « la colonisation, l’annexion et l’Apartheid ont gagné », a déclaré dans un communiqué Saëb Erakat, secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

« La campagne de Nétanyahou était basée sur la poursuite de l’occupation et du conflit », a-t-il ajouté. Cela contribuera « au maintien de la violence, de l’extrémisme et du chaos », a-t-il prévenu.

La population dans les colonies israéliennes a bondi de près de 50 % durant la dernière décennie marquée par la présence ininterrompue de Benyamin Nétanyahou au pouvoir, selon les autorités.

Ces deux dernières semaines, M. Nétanyahou a multiplié les annonces de projets d’habitations dans les colonies en Cisjordanie, occupée depuis 1967 par Israël, mais aussi à Jérusalem-Est, territoire annexé par l’État hébreu.

Il a également promis dimanche une annexion rapide de la vallée du Jourdain, à l’est de la Cisjordanie, et de colonies dans ce territoire, comme prévu par le plan américain pour la résolution du conflit israélo-palestinien dévoilé fin janvier par son allié le président Donald Trump.

Plus de 600 000 personnes vivent dans des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. La colonisation est illégale au regard du droit international et une grande partie de la communauté internationale voit en elle un obstacle majeur à la paix.

« Je remercie les habitants de Judée-Samarie (nom de la Cisjordanie pour les autorités israéliennes, NDLR) et de la vallée du Jourdain sortis voter », a indiqué David Elhayani, président du Conseil de Yesha, principale organisation représentant les colons de Cisjordanie.

« Ensemble nous allons bientôt voir la formation d’un gouvernement nationaliste qui va annexer et développer cette région », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Les sondages à la sortie des urnes créditent le Likoud (droite) de M. Nétanyahou de 36 ou 37 sièges sur les 120 du Parlement, contre 32 ou 33 pour la formation centriste Kahol Lavan (« Bleu-blanc ») de son rival M. Gantz.

M. Nétanyahou, inculpé de corruption dans une série d’affaires et dont le procès doit s’ouvrir mi-mars, jouait sa survie politique dans ce scrutin, le troisième en moins d’un an.