(Kiev) Le président iranien Hassan Rohani a appelé samedi son son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et lui a promis de traduire en justice les responsables du crash du Boeing ukrainien abattu par erreur près de Téhéran mercredi, a annoncé la présidence ukrainienne.  

Agence France-Presse

M. Rohani « a assuré que toutes les personnes impliquées dans la catastrophe aérienne seraient traduites en justice », lors d’un entretien téléphonique qui s’est produit « à l’initiative de la partie iranienne » selon le service de presse du président ukrainien.  

Le chef de l’État iranien « reconnaît pleinement que la tragédie s’est produite en raison des actes erronés des militaires de ce pays », et a présenté ses excuses pour cette catastrophe qui a fait 176 morts, a encore souligné la présidence ukrainienne.  

M. Zelensky a demandé à Téhéran de permettre le rapatriement des corps des 11 victimes ukrainiennes « d’ici le 19 janvier », et a annoncé que la diplomatie ukrainienne émettrait une note sur la question des « compensations ».

PHOTO SERGEI CHUZAVKOV, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky

« La partie iranienne est d’accord avec l’Ukraine sur ce dossier », a assuré la présidence ukrainienne dans son communiqué.

Après trois jours de dénégations, Téhéran a reconnu samedi avoir abattu par erreur le Boeing 737 de la compagnie Ukraine Airlines International (UAI).  

Dans un message publié sur son compte Facebook peu après, M. Zelensky avait exigé de Téhéran que les responsables soient traduits en justice et que des compensations soient versées.  

Le vol PS752 reliant Téhéran à Kiev a été abattu peu après son décollage de Téhéran, dans un contexte de tensions militaires croissantes dans la région. Ce jour-là, l’Iran avait pris pour cible des bases hébergeant des soldats américains en Irak en représailles au raid ayant tué le général iranien Qassem Soleimani.

PHOTO AKBAR TAVAKOLI, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le vol PS752 reliant Téhéran à Kiev a été abattu mercredi peu après son décollage de Téhéran.

Les 176 personnes qui se trouvaient à bord ont été tuées, essentiellement des Irano-Canadiens, mais aussi des Afghans, des Britanniques et des Suédois. Parmi les onze victimes ukrainienness, neuf étaient membres d’équipage.

Les compagnies aériennes européennes doivent éviter l'Iran

L’Agence européenne de la sécurité aérienne a recommandé samedi aux compagnies aériennes européennes d’éviter de survoler l’Iran « jusqu’à nouvel ordre », à la suite du crash d’un Boeing ukrainien abattu par erreur, qui a fait 176 morts mercredi près de Téhéran.

« En se fondant sur toutes les informations disponibles, la recommandation dans les conditions de sécurité actuelles est que le survol de l’Iran a toute altitude devrait être évité jusqu’à nouvel ordre, par mesure de précaution », a déclaré l’agence européenne dans un communiqué.