(Jérusalem) Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, en campagne pour la primaire de son parti, a été évacué mercredi soir d’un rallye électoral à Ashkelon, dans le sud d’Israël, à l’annonce de tirs de roquettes imminents depuis la bande de Gaza.

Agence France-Presse

D’après une vidéo diffusée par la chaîne de télévision publique Kan 11, un agent de sécurité s’approche de M. Nétanyahou et l’informe d’une «alerte rouge». Le premier ministre salue alors l’assemblée, constituée d’une centaine d’électeurs membres du Likoud, avant d’être évacué avec son épouse Sara.

«Un projectile a été tiré depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien et a été intercepté par le système de défense Dôme de fer», a indiqué l’armée dans un court communiqué, ajoutant que les sirènes ont retenti notamment dans la ville d’Ashkelon, où se tenait le rallye de M. Nétanyahou.

En septembre, le chef du Likoud, alors en campagne électorale pour les élections législatives, avait déjà été évacué d’un rallye dans la ville d’Ashdod, lorsque des sirènes avaient annoncé des tirs de roquettes.

Jeudi, les membres du Likoud sont appelés à élire leur nouveau chef, dans le cadre d’une primaire réclamée par le principal rival du premier ministre, Gideon Saar, déterminé à lui ravir la place.

Israël tiendra le 2 mars ses troisièmes élections en moins d’un an dans l’espoir de mettre fin à la pire crise politique de son histoire, les dirigeants des partis arrivés en tête du scrutin – le Likoud et son rival Bleu-Blanc – n’arrivant pas à s’entendre sur la formation d’un gouvernement de coalition.

Le 19 et 20 décembre, deux tirs de roquettes ont été tirés depuis Gaza en direction d’Israël, sans faire de blessés, selon l’armée.

En réponse, l’aviation israélienne a bombardé à deux reprises des installations du Hamas qui dirige l’enclave palestinienne. Israël tient pour responsable le mouvement islamiste de tous les tirs de roquette émanant de son territoire même si l’État hébreu y cible également d’autres mouvements armés palestiniens.

Israël a mené depuis 2008 trois guerres contre le Hamas et des groupes armés alliés dans Gaza, où deux millions de Palestiniens vivent éprouvés par les conflits, la pauvreté et un blocus israélien imposé depuis plus de 10 ans.