(La Haye) Les États membres de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont approuvé jeudi le nouveau budget malgré les efforts de la Russie, qui avait appelé à voter contre, en vue de bloquer le financement d’une nouvelle équipe d’enquêteurs.

Agence France-Presse

Le budget de l’OIAC pour 2020, approuvé par une grande majorité des États membres, prévoit des fonds pour financer l’équipe d’identification et d’enquête (IIT), chargée de désigner les responsables d’attaques d’armes chimiques en Syrie.

Moscou, qui a systématiquement mis en doute la véracité des attaques chimiques en Syrie avait, avec ses alliés, appelé les autres États membres à voter contre le budget, ce qui aurait paralysé le fonctionnement de l’organisation basée à La Haye.

Le budget de l’OIAC, d’un montant de 71 millions d’euros, a été approuvé à une large majorité, avec 106 votes favorables contre 19 voix contre, dont celles de la Russie, de la Syrie et de la Chine.

«À la lumière de ce résultat, le budget pour 2020 est adopté», a déclaré le président de la Conférence des États membres.

AFP

Avant la tenue du vote, lors d’une réunion annuelle dans une atmosphère tendue entre les 193 États membres, les États-Unis ont accusé la Russie de «camouflage» de l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien de Bachar al-Assad, allié de Moscou.

«La Russie voudrait exprimer ses plus profonds regrets», a déclaré un représentant russe à l’issue du vote du budget.

«Une fois de plus, nous nous trouvons dans une situation où plusieurs États membres ont choisi de ne pas tenir compte de l’opinion de la Fédération de Russie et d’un certain nombre d’autres contributeurs importants», a-t-il déploré.

La Syrie a également fait part de son mécontentement, affirmant qu’elle «rejetait le chantage politique des États-Unis et de leurs alliés occidentaux».

Le Royaume-Uni a quant à lui salué l’approbation du budget, estimant qu’elle constituait «un signal clair de soutien à l’organisation et à son travail essentiel, dont la lutte contre l’impunité pour l’utilisation d’armes chimiques».

Moscou a rejeté le rapport de l’OIAC selon lequel le régime syrien a utilisé de la chlorine lors d’une attaque contre la ville de Douma, dans le sud de la Syrie, qui avait fait une quarantaine de morts en avril 2018, affirmant qu’il s’agissait d’une mise en scène.

L’OIAC a remporté le prix Nobel de la paix en 2013 et affirme avoir éliminé 97 % des stocks d’armes chimiques dans le monde.