(Jérusalem) Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a accusé dimanche l’Iran de préparer des attaques contre Israël et a dit tout mettre en œuvre pour l’en empêcher.

Agence France-Presse

« L’agression iranienne dans notre région et contre nous se poursuit », a déclaré le premier ministre israélien, devenu jeudi le premier chef de gouvernement de l’histoire d’Israël à être inculpé pour corruption pendant son règne.

En visite avec des responsables militaires sur le plateau du Golan occupé (nord) près de la frontière syrienne, il a fait ces déclarations alors que le général Mark Milley, chef d’état-major de l’armée américaine, se trouvait en Israël où il a rencontré son homologue, Aviv Kohavi.

Les deux généraux ont discuté « de questions opérationnelles et des développements régionaux », a indiqué l’armée dans un communiqué.  

« Nous mettons tout en œuvre pour empêcher l’Iran de s’implanter ici dans notre région », et de « transformer l’Irak et le Yémen en bases de lancement de missiles et de roquettes contre l’État d’Israël », a poursuivi le premier ministre israélien.

« Cela inclut les mesures nécessaires pour empêcher le transfert d’armes létales, depuis l’Iran vers Syrie, que ce soit par voie aérienne ou terrestre ».

L’armée israélienne a revendiqué mercredi une série de frappes aériennes de « grande ampleur » contre des sites militaires en Syrie qui ont tué une vingtaine de « combattants », dont 16 étrangers selon une ONG, en riposte à des tirs de roquettes la veille.

Mardi, le système de défense antimissile israélien avait intercepté quatre roquettes tirées depuis la Syrie « par des éléments iraniens » en direction du nord d’Israël, selon l’armée israélienne.

Jeudi, le procureur général d’Israël Avichaï Mandelblit a décidé d’inculper M. Nétanyahou pour « corruption, fraude et abus de confiance » dans différentes affaires, après de longs mois d’enquêtes.