(Gaza) Au moins 16 Palestiniens ont été tués mercredi dans des frappes israéliennes dans la bande de Gaza, d’où des salves de roquettes ont visé sans cesse des villes d’Israël, une escalade qui ne montre aucun signe d’apaisement.

Sakher ABOU EL OUN avec Guillaume LAVALLEE à Jérusalem
Agence France-Presse

Ces morts portent à 26 le nombre de Palestiniens tués, dont trois enfants, depuis une opération israélienne qui a tué mardi à l’aube un commandant du groupe armé Djihad islamique à Gaza, élément déclencheur de cet accès de violences.

Pour le deuxième jour consécutif, les sirènes d’alerte ont retenti mercredi dans plusieurs villes israéliennes aux alentours de Gaza, dont Ashkelon, après de nouveaux tirs de roquettes qui ont précipité dans la foulée des bombardements israéliens sur l’enclave palestinienne, contrôlée par le groupe islamiste Hamas.

L’armée israélienne a dit viser des positions du Djihad islamique, notamment un site où des combattants de ce groupe islamiste s’apprêtaient, selon elle, a tiré un missile antichar sur Israël.

Ces frappes israéliennes ont fait 16 morts mercredi, selon le ministère de la Santé à Gaza.  

Mardi, l’armée et les services de sécurité intérieure israéliens (Shin Beth) avaient mené une opération ciblée contre le haut commandant du Djihad islamique, Baha Abou al-Ata, et sa femme, dans leur appartement du nord-est de la bande de Gaza.

Le Djihad islamique a lancé dans la foulée un barrage de roquettes sur Israël, sans faire de mort.

« Déterminés à combattre »

Depuis mardi, au moins 360 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël, selon le dernier bilan de l’armée israélienne, qui a dit avoir intercepté environ 90 % de ces projectiles grâce à son système antimissile « Dôme de fer ».

Une roquette a endommagé une maison, une autre une usine, et une autre encore est tombée sur une autoroute, passant à quelques mètres de foudroyer des voitures en circulation.

« Cessez vos attaques, ou vous prendrez encore plus de coups », a prévenu mercredi le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.  

« Nous sommes déterminés à combattre et à défendre notre pays, et s’ils pensent que ces salves de roquettes vont nous affaiblir ou nous faire perdre notre détermination, ils se trompent », a-t-il ajouté à l’endroit du Djihad islamique.

« Nous allons donner aux ennemis une leçon dont ils se souviendront », a rétorqué le rassemblement des unités de la « résistance » à Gaza, dont le Djihad islamique est partie prenante.

Mardi, des écoles, collèges, universités et autres institutions publiques avaient été fermés jusqu’à Tel-Aviv, la métropole économique d’Israël, située à environ 70 kilomètres de Gaza. Mercredi, tous les établissements publics le sont restés dans un rayon de 40 km autour de l’enclave palestinienne.

Les écoles étaient aussi fermées depuis mardi à Gaza, petite enclave où la population, soumise à un blocus israélien depuis plus d’une décennie, vit au rythme de ces nouveaux bombardements.   

Âgé de 41 ans, père de cinq enfants, Baha Abou Al-Ata avait rejoint les rangs du Djihad islamique dans les années 1990 et était son commandant pour le nord de Gaza.  

« Par tous les moyens »

Selon le chef de l’armée israélienne Aviv Kochavi, Abou al-Ata avait tenté « par tous les moyens » de saboter une trêve entre Israël et le Hamas, en orchestrant notamment des tirs de roquettes vers Israël.

Le Hamas et Israël se sont livré trois guerres dans l’enclave depuis 2008. Mais ce groupe, contrairement au Djihad islamique, avait approuvé une trêve négociée par l’entremise de l’ONU, de l’Égypte, pays frontalier de Gaza, et du Qatar, émirat du Golfe qui entretient à la fois des relations avec les groupes de Gaza et Israël.

Si l’armée israélienne tient le Hamas pour responsable de toutes les attaques depuis cette enclave, elle n’a officiellement visé pour l’instant que les positions du Djihad islamique, un élément clé qui n’a pas échappé à la presse locale.

« Pour la première fois dans l’ère récente, Israël a fait une distinction entre le Hamas et le Djihad islamique », a résumé mercredi l’influent commentateur politique Ben Caspit dans le journal Maariv. « Israël dévie ainsi de son principe béton selon lequel le Hamas, en tant que pouvoir souverain à Gaza, doit payer le prix pour tout ce qui se passe à Gaza ».

Pour tenter de freiner cette spirale de violence, l’émissaire de l’ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, est arrivé mercredi au Caire pour mener avec les Egyptiens – qui bénéficient d’une forte influence sur Gaza et de relations officielles avec Israël – une médiation en vue d’une « désescalade urgente ».