(Washington) Une jeune djihadiste détenue dans le nord-est syrien une nouvelle fois demandé, dans un entretien à la chaîne de télévision américaine NBC News, à revenir aux États-Unis où elle est née, un retour refusé par Washington qui ne la considère pas comme citoyenne américaine.

Agence France-Presse

Hoda Muthana, 25 ans, « regrette toutes les choses » faites au sein du groupe État islamique (EI), qu’elle avait rejoint en 2014 après s’être radicalisée dans l’Alabama où elle habitait avec sa famille.

« Ceux qui croient en Dieu pensent que tout le monde mérite une seconde chance, aussi horribles qu’aient été leurs péchés », affirme la jeune femme.

L’entretien, diffusé samedi, a été fait dans le camp de Al-Roj, aux mains des Kurdes, où elle vit avec son fils de deux ans.

Elle affirme craindre pour sa vie, disant qu’elle pourrait devenir la cible d’autres djihadistes qui n’ont pas abandonné l’idéologie du groupe ultra-radical, comme elle dit l’avoir fait.

« Je n’ai jamais soutenu les décapitations (commises par l’EI) et je ne soutiens pas ses crimes et ses attentats suicides », affirme-t-elle.

Le gouvernement américain a rapatrié plusieurs Américaines liées à l’EI et leurs enfants, mais refuse le retour de Hoda Muthana, car selon lui elle n’est pas citoyenne américaine, une position qu’elle conteste en justice depuis le mois de mars.  

Selon Washington, son père était un diplomate yéménite lorsqu’elle est née et une loi américaine veut que les enfants de diplomates nés aux États-Unis pendant qu’il y sont en poste n’acquièrent pas automatiquement la nationalité américaine.   

Elle n’avait donc légalement pas le droit de posséder un passeport.

« Je suis une citoyenne et j’ai des papiers qui le prouvent », dit-elle. « Je suis autant américaine qu’une blonde aux yeux bleus et je voudrais revenir dans mon pays pour faire des choses américaines ».

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo l’a aussi qualifié de « terroriste ».

Mariée à trois combattants de l’EI, tous tués, elle a activement participé à la propagande du groupe sous le pseudonyme de « Oum Djihad », selon l’organisation Counter Extremism Project.

Elle avait appelé à « faire couler le sang américain » et félicité les auteurs de l’attentat de janvier 2015 contre l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, qui fait 12 morts.

« C’était une idéologie et c’était juste une phrase », explique-t-elle sur NBC, refusant de s’exprimer sur ces messages.

Elle se dit prête à affronter la justice si elle est autorisée à rentrer : « Ils peuvent me surveiller 24 heures sur 24, je suis d’accord », dit-elle.