La coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen a lancé plusieurs raids aériens sur un centre de détention géré par les rebelles houthis dans la province de Dhamar, au sud-ouest du pays, tuant au moins 100 personnes et en blessant des dizaines d’autres selon le ministère de la Santé des rebelles houthis.

Associated Press

Franz Rauchenstein, chef de la délégation de la Croix-Rouge au Yémen, a suggéré que le nombre de morts pourrait être plus élevé après la visite du site de l’attaque, affirmant que relativement peu de détenus ont survécu.

Selon une déclaration de la Croix-Rouge, le centre de détention détenait environ 170 détenus. La Croix-Rouge a été précisée que 40 d’entre eux étaient soignés et que les autres étaient présumés morts.

« Constater ces dégâts considérables, voir les corps gisant parmi les décombres a été un véritable choc. La colère et la tristesse étaient les réactions naturelles », a déclaré Rauchenstein.

L’attaque a été la plus meurtrière menée par la coalition jusqu’à présent cette année, selon le Yemen Data Project, une base de données sur cette guerre.

La coalition a fait face à des critiques internationales pour des frappes aériennes qui ont touché des écoles, des hôpitaux et des mariages, tuant des milliers de civils yéménites.

L’Arabie saoudite est intervenue au nom du gouvernement du Yémen, internationalement reconnu, en mars 2015, après que les Houthis soutenus par l’Iran eurent pris la capitale.

Le conflit a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes, poussé des millions de personnes au bord de la famine et engendré la plus grave crise humanitaire dans le monde.