Le correspondant du New York Times à Téhéran interdit de travailler

Les journalistes étrangers présents en Iran doivent faire... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Les journalistes étrangers présents en Iran doivent faire face à de multiples restrictions dans leur travail de la part des autorités.

ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
Washington

Le correspondant du New York Times à Téhéran Thomas Erdbrink ne peut plus travailler depuis que les autorités iraniennes lui ont retiré sa carte de presse en février, a révélé lundi le quotidien américain, qui s'est dit optimiste sur une issue favorable rapide.

De nationalité néerlandaise, Thomas Erdbrink travaille pour le NYT depuis 2012 et a également collaboré avec la radio-télévision néerlandaise NOS.

Présent en Iran depuis 2001 et parfaitement bilingue, il est l'un des rares correspondants d'un média occidental de nationalité étrangère.

Thomas Erdbrink... (WIKICOMMONS) - image 2.0

Agrandir

Thomas Erdbrink

WIKICOMMONS

Son épouse, la photographe iranienne Newsha Tavakolian, s'est également vue retirer sa carte de presse.

Le quotidien américain indique avoir «décidé de rendre publique sa situation après de récents commentaires et spéculations sur les réseaux sociaux». L'absence de reportages signés du journaliste «était devenue de plus en plus visible», sur fond d'escalade de la tension entre les États-Unis et l'Iran.

Le ministère iranien des Affaires étrangères «a assuré plusieurs fois» que le journaliste récupérerait sa carte de presse, mais «n'a donné aucune explication sur le report ou sur la raison de sa révocation», a expliqué le rédacteur en chef international du New York Times, Michael Slackman.  

Des signes laissent cependant penser que la situation sera bientôt résolue, a-t-il ajouté.

Les journalistes étrangers présents en Iran doivent faire face à de multiples restrictions dans leur travail de la part des autorités. Leur carte de presse, qui vaut permis de résidence, peut être révoquée n'importe quand.

Jason Rezaian accepte un prix lors d'un gala... (AP) - image 3.0

Agrandir

Jason Rezaian accepte un prix lors d'un gala à Los Angeles, peu après sa libération.

AP

Le correspondant du Washington Post, l'Irano-Américain Jason Rezaian, avait été arrêté en juillet 2014 avec son épouse, également journaliste, Yeganeh Salehi.

Celle-ci avait été libérée au bout de quelques mois, mais Jason Rezaian, accusé d'espionnage, a passé 544 jours en prison. Il a été libéré le 16 janvier 2016, au premier jour de l'application de l'accord nucléaire signé en 2015 entre l'Iran et les grandes puissances.  

Le président Trump a depuis retiré les États-Unis de l'accord et réinstauré des sanctions économiques sévères contre la République islamique. 

L'Iran occupe la 170e place (sur 180 pays) au classement mondial 2019 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF).




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer