(Kaboul) Un soldat afghan est responsable de la mort des deux militaires américains tués lundi dans une base de l’armée afghane du sud de l’Afghanistan, a indiqué mardi à l’AFP une source policière.

Agence France-Presse

Le commandement de l’opération de l’OTAN Resolute Support avait annoncé lundi que les deux militaires, dont l’identité n’a pas été révélée, avaient été tués « en action », sans plus de précision.

« Un soldat de l’armée afghane a ouvert le feu sur les soldats américains » qui visitaient une base militaire dans la province de Kandahar (Sud), a indiqué à l’AFP Mohammad Qasam, un adjoint du chef de la police locale.

Selon lui, « les premières informations ont fait état de deux soldats américains tués et un blessé ».

Bahir Ahmadi, porte-parole du gouverneur de Kandahar, a confirmé que l’incident s’était produit dans une base militaire afghane.

Contactée, l’armée américaine en Afghanistan s’est refusée à tout commentaire.

Dans un message à l’AFP, le porte-parole taliban Zabihullah Mujahid s’est félicité qu’un « soldat afghan a ouvert le feu et tué » les soldats américains.

Ce soldat n’était pas un taliban infiltré, a-t-il ajouté.

Les attaques dites « de l’intérieur », avec un soldat ennemi infiltré, constituent une menace constante en Afghanistan pour les forces internationales et afghanes.

Le 17 juillet, un militaire afghan avait tué par balle un colonel influent de l’armée afghane alors qu’il effectuait une évaluation de sécurité dans la province de Ghazni. Les talibans ont revendiqué la responsabilité de ce meurtre.

Le décès des deux soldats porte à 12 le nombre de militaires américains tués au combat en Afghanistan depuis le début de l’année, alors que les États-Unis ont engagé des négociations directes avec les talibans pour mettre fin à la guerre dans ce pays.

Près de 2300 militaires américains sont morts et plus de 20 400 ont été blessés en Afghanistan depuis fin 2001, lorsqu’une coalition internationale menée par les États-Unis a chassé les talibans du pouvoir.

Le nombre des morts dans les rangs américains a toutefois fortement chuté après 2014, quand la mission de l’OTAN a cessé d’être une mission de combat.

Donald Trump veut engager le retrait des soldats américains d’Afghanistan avant l’élection présidentielle de novembre 2020 aux États-Unis, lors de laquelle il briguera un second mandat.