Source ID:; App Source:

Journaliste disparu: la collaboration de Riyad se fait attendre

Un agent de sécurité parle avec ses collègues... (Photo Petros Giannakouris, Associated Press)

Agrandir

Un agent de sécurité parle avec ses collègues postés à l'entrée du consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul, le 12 octobre.

Photo Petros Giannakouris, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DUBAÏ

L'Arabie saoudite ne coopère pas encore dans l'enquête sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat à Istanbul, et doit laisser les enquêteurs turcs accéder au bâtiment, a déclaré samedi le ministre turc des Affaires étrangères.

Sur cette image, Jamal Khashoggi apparaît, entrant dans... (Photo Agence France-Presse) - image 1.0

Agrandir

Sur cette image, Jamal Khashoggi apparaît, entrant dans le consulat à 13 h 14, le 2 octobre. Une fourgonnette noire est visible, garée à proximité.

Photo Agence France-Presse

« Nous n'avons pas encore vu de coopération pour que l'enquête se déroule facilement et que toute la lumière soit faite. C'est ce que nous voulons voir », a dit Mevlüt Cavusoglu à l'agence de presse nationale Anadolu.

Ankara affirme que le principe d'une fouille du consulat a été accepté par Riyad mais que cela n'a pas encore été possible car les deux parties divergent sur les modalités d'entrée dans ce qui est un territoire sous contrôle saoudien.

S'exprimant lors d'une visite officielle à Londres, le ministre a enjoint l'Arabie saoudite à laisser les « procureurs et experts pénétrer dans le consulat » afin de pouvoir mener à bien leurs investigations.

« Où a-t-il disparu ? Là, au consulat », a souligné le chef de la diplomatie, ajoutant que « les discussions continuent » avec les autorités saoudiennes pour tenter de parvenir à un accord.

M. Khashoggi, un journaliste collaborant notamment avec le Washington Post et critique du prince héritier Mohammed ben Salmane, a été vu pour la dernière fois le 2 octobre en train d'entrer dans le consulat saoudien d'Istanbul, où il était venu obtenir un document nécessaire à son futur mariage.

Quatre jours plus tard, des responsables turcs cités par les médias ont affirmé qu'il avait été tué dans le bâtiment, des allégations aussitôt jugées « infondées » par Riyad.

Riyad dément avoir donné l'ordre de le tuer

L'Arabie saoudite a rejeté samedi comme « infondées » les allégations selon lesquelles Riyad aurait ordonné de tuer Jamal Khashoggi, journaliste dissident disparu à Istanbul, envoyant en Turquie une équipe pour collaborer à l'enquête.

Cette disparition, qui a suscité la vive inquiétude de plusieurs pays occidentaux dont les États-Unis où le journaliste s'était exilé en 2017, intervient à un mauvais moment pour Riyad qui doit accueillir un sommet économique de premier plan du 23 au 25 octobre.

Le ministre saoudien de l'Intérieur Abdel Aziz ben Saoud ben Nayef a dénoncé samedi « ce qui a été rapporté dans certains médias à propos de fausses accusations contre l'Arabie saoudite [...] au sujet de l'affaire de la disparition du citoyen Khashoggi ».

« Ce qui a été rapporté au sujet d'ordres de le tuer est un mensonge et une allégation infondée », a ajouté le ministre, dans des propos rapportés par l'agence de presse officielle SPA.

Délégation saoudienne à Ankara

La police turque a par la suite indiqué qu'une équipe de 15 Saoudiens était arrivée à Istanbul par avion le 2 octobre. Selon des médias turcs, ces hommes sont venus tuer le journaliste et ont récupéré des images de vidéo surveillance, avant de quitter le pays.

Riyad a affirmé pour sa part que les caméras du consulat ne fonctionnaient pas ce jour-là.

Selon le Washington Post, Ankara aurait affirmé à Washington détenir des enregistrements audio et vidéo montrant comment Khashoggi a été « interrogé, torturé puis tué » à l'intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré.

L'Arabie saoudite a envoyé à Ankara une délégation saoudienne pour des entretiens ce week-end avec des responsables turcs au sujet de l'enquête sur cette affaire.

Elle s'était félicitée vendredi de l'ouverture d'une enquête conjointe avec la Turquie pour élucider les « circonstances » de la disparition.

Dans un communiqué, SPA cite une source officielle exprimant sa « confiance absolue dans la capacité de l'équipe de travail conjointe [...] pour mener à bien sa mission de la meilleure façon possible ».

Le ministre saoudien de l'Intérieur a assuré samedi que son pays était attaché au « respect des règles et des conventions internationales ».

Les quotidiens turcs Sözcü et Milliyet ont rapporté que M. Khashoggi portait, lorsqu'il est entré au consulat, une « montre intelligente » connectée à un téléphone qu'il avait laissé entre les mains de sa fiancée, Hatice Cengiz.

Les deux journaux affirment que des enregistrements audio ont ainsi été transmis au téléphone et sont actuellement examinés par la justice turque. Toutefois, si Milliyet dit que des cris et une querelle ont été enregistrés, Sözcü avance que des dialogues, mais pas de cris, peuvent être entendus dans cet enregistrement de « quelques minutes ».

L'affaire a suscité une forte inquiétude à l'étranger, notamment parmi les alliés de Riyad.

« Horrifiée »

Le président américain Donald Trump a déclaré qu'il allait étudier la situation « très, très sérieusement », même s'il se limite à ce stade à des demandes d'explications. La Maison-Blanche et le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo se sont entretenus avec le prince héritier Mohammed ben Salmane.

La fiancée du journaliste a de nouveau interpellé vendredi M. Trump, à qui elle avait déjà demandé de l'aide pour faire la lumière sur cette affaire.

L'affaire Khashoggi a aussi refroidi des investisseurs qui s'enthousiasmaient encore il y a un an pour les pharaoniques projets économiques du prince héritier, comme le milliardaire britannique Richard Branson, qui a gelé plusieurs projets dans le royaume.

Des partenaires tels que le Financial Times, le New York Times et The Economist ont retiré leur soutien à la deuxième édition du sommet Future Investment Initiative du 23 au 25 octobre.

Le patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, a annoncé qu'il n'irait pas non plus, « à moins qu'une série de faits considérablement différents n'émerge », selon Bloomberg.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde a confirmé elle son intention d'y participer. Elle s'est cependant dite « horrifiée » par l'affaire Khashoggi, soulignant son attachement aux droits de l'Homme.

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a également confirmé sa présence au sommet. « Si plus d'informations apparaissent la semaine prochaine, je les prendrai bien sûr en compte », a-t-il précisé samedi.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer