Le président palestinien Mahmoud Abbas a réclamé vendredi à la tribune de l'ONU la fin de l'occupation israélienne et «l'indépendance de l'État de Palestine».

Mis à jour le 26 sept. 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

Il a aussi accusé Israël d'avoir mené «une nouvelle guerre de génocide» à Gaza, promettant de tout faire pour «châtier les coupables».

M. Abbas n'a cependant pas fixé, contrairement à ce qu'il avait annoncé lundi, un nouveau calendrier précis pour des négociations de paix, se contentant de demander une résolution au Conseil de sécurité qui n'a aucune chance d'être adoptée.

«Il est grand temps de mettre fin à cette occupation accompagnée de colonisation, dès maintenant», a-t-il martelé. «L'occupation doit cesser maintenant (...), l'heure de l'indépendance de l'État de Palestine est arrivée».

Affirmant que la récente offensive israélienne à Gaza était «la troisième guerre en cinq ans menée par l'État raciste occupant», il a ajouté: «la différence, cette fois-ci, est l'ampleur plus grande de ce crime génocidaire».

«Au nom de la Palestine et de son peuple, j'affirme que nous n'oublierons pas et que nous ne pardonnerons pas et que nous ne laisserons pas des criminels de guerre échapper au châtiment», a-t-il affirmé.

Il n'a cependant pas fait allusion à une saisine de la Cour pénale internationale (CPI), une menace souvent brandie par des responsables palestiniens.

La Palestine a désormais la possibilité d'adhérer à la CPI depuis qu'elle a obtenu en 2012 le statut de pays observateur non membre à l'ONU, et donc de porter plainte contre Israël auprès de la Cour. Celle-ci juge les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et actes de génocide.

La guerre à Gaza en juillet et août a fait plus de 2100 morts palestiniens, pour la plupart des civils, et plus de 70 côté israélien dont 66 soldats.