Les autorités afghanes ont détruit mardi plus de dix tonnes de drogue et des milliers de bouteilles d'alcool dans le cadre d'un programme de lutte contre les stupéfiants, sur fond de nouvelle hausse de la production d'opium dans le pays.

Publié le 12 nov. 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Outre l'alcool - interdit en Afghanistan -, ce sont deux tonnes d'opium, 400 kg d'héroïne, 1,2 tonne de morphine et dix tonnes de résine de cannabis qui ont été détruits sur une colline en périphérie de Kaboul, en présence de responsables afghans et d'ambassadeurs étrangers, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ces stupéfiants avaient été récupérés lors de saisies effectuées ces dix derniers mois dans la capitale afghane et ses environs, a indiqué le vice-ministre de l'Intérieur chargé de la lutte contre le trafic de drogue, Baz Mohammad Ahmadi.

«L'événement de ce jour illustre nos capacités accrues en matière de lutte contre le trafic de drogue», a-t-il affirmé en soulignant toutefois que Kaboul était devenu ces dernières années un carrefour de la drogue dans le pays.

L'Afghanistan produit 90 % de l'opium mondial, une drogue dont est notamment issue l'héroïne.

Mohammad Ibrahim Azhar, un haut responsable gouvernemental chargé de la lutte contre le trafic de drogue, a indiqué que la production d'opium avait augmenté en 2013 par rapport à 2012, sans plus de précision, les chiffres définitifs devant être publiés prochainement.