Source ID:; App Source:

Attaque à Kaboul: tous les assaillants sont morts

De la fumée s'élève près du lieu de... (Photo: Reuters)

Agrandir

De la fumée s'élève près du lieu de l'attaque à Kaboul, qui a été revendiquée par les talibans.

Photo: Reuters

Agence France-Presse
Kaboul

L'attaque lancée mardi matin à Kaboul par des rebelles talibans afghans contre les bureaux de la CIA et le palais présidentiel est terminée et tous les assaillants sont morts, a déclaré le chef de la police de la ville.

Entre trois et quatre assaillants ont été tués, a ajouté le chef de la police de Kaboul, Mohammad Ayoub Salangi.

Les attaquants étaient dans une voiture bourrée d'explosifs, roulant à proximité du palais présidentiel et d'un bâtiment de la CIA, l'agence de renseignements américaine, a expliqué Mohammad Ayoub Salangi.

«Ils sont venus dans un Land Cruiser, ils étaient équipés de faux badges», a-t-il poursuivi.

Au niveau d'un poste de sécurité, «ils ont montré leurs badges mais les gardes les ont empêchés de passer. L'un d'eux, ils étaient trois ou quatre, est sorti de la voiture et a ouvert le feu, la voiture a ensuite explosé».

Une conférence de presse du président Hamid Karzaï avait été programmée mardi matin au palais présidentiel. Une source à la présidence a affirmé que la sécurité du bâtiment n'avait pas été menacée.

L'attaque a été revendiquée par les talibans. «Un important groupe de combattants a attaqué le bureau de la CIA, ainsi que le palais et le ministère de la Défense», a déclaré un porte-parole des insurgés, Zabihullah Mujahid.

Le bruit sourd d'explosions avait retenti dans la ville vers 06h30 (heure locale), tandis que les puissants haut-parleurs de l'ambassade américaine diffusaient des messages d'alerte, a constaté un journaliste de l'AFP.

Cette attaque qui a visé à la fois des centres du pouvoir afghan et un bâtiment américain, intervient au lendemain d'une rencontre à Kaboul entre le président afghan Hamid Karzaï et l'envoyé spécial américain pour l'Afghanistan et le Pakistan, James Dobbins.

Ce dernier a déclaré lundi que Washington était «scandalisé» par la façon dont les talibans avaient ouvert leur bureau au Qatar, qui était censé être le premier pas en vue d'un accord de paix en Afghanistan.

Lors de l'installation de ce bureau à Doha, il y a une semaine jour pour jour, les rebelles talibans, qui combattent le gouvernement de Kaboul et les forces internationales, ont utilisé des références à l'Emirat islamique d'Afghanistan (appellation du gouvernement taliban avant sa chute en 2001), provoquant la colère du président Hamid Karzaï.

Le 11 juin, Les rebelles talibans avaient attaqué un autre symbole du pouvoir afghan en perpétrant un attentat suicide qui avait fait 15 morts et 40 blessés devant la Cour Suprême à Kaboul.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer