Le scrutin pour la désignation des candidats à la députation aux prochaines législatives du parti Likoud qui devait s'achever dimanche a du être prolongé lundi en raison d'incidents informatiques.

Mis à jour le 25 nov. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Le scrutin va continuer demain (lundi) de 11h00 locales à 21h00 locales dans 53 bureaux de vote, et les résultats seront connus en soirée», a indiqué à l'AFP le député Ofir Akounis, un proche du Premier ministre Benyamin Nétanyahou.

«J'espère que nous pourrons savoir pourquoi il y a eu ces problèmes informatiques qui ont provoqué la prolongation du scrutin», a-t-il ajouté.

Un porte-parole du Likoud a ensuite officiellement confirmé que les opérations de vote allaient continuer lundi dans une cinquantaine de bureaux.

Les 123 000 membres du Likoud, le parti de droite de M. Nétanyahou, ont commencé à voter dimanche pour désigner leurs candidats à la Knesset (Parlement) aux élections anticipées du 22 janvier.

Le scrutin a été affecté par des incidents dans le système informatique ayant causé des retards importants, et sa clôture a été repoussée dimanche de 22h00 à minuit.

Certains candidats ont carrément réclamé un report des primaires, à l'image du ministre de l'Education Gidéon Saar qui a qualifié ces incidents de «farce».

A 22h00 locales, le taux de participation avait atteint 46%.

Selon les médias israéliens, la prolongation du vote devrait profiter au camp de M. Nétanyahou au détriment de celui des colons radicaux qui espèrent accroître le nombre de leurs représentants au Parlement.

M. Nétanyahou s'est, pour sa part, imposé en tête de liste lors d'un vote à mains levée en février du Comité central du parti.

La principale inconnue porte sur le score des candidats soutenus par le puissant lobby des colons au sein du Likoud. La semaine dernière, ce groupe avait diffusé un classement des candidats en fonction de leur opposition à la création d'un État palestinien.

Selon la radio militaire, M. Nétanyahou a fait pression ces derniers jours sur ses partisans pour qu'ils barrent la route aux candidats trop extrémistes pour présenter une liste «modérée», qui n'effraie pas les électeurs centristes.

Le Premier ministre est allé voter dans la colonie de Givat Zeev, près de Ramallah (Cisjordanie), en compagnie de son épouse Sarah. Grâce au système informatisé, les membres du parti peuvent se rendre dans le bureau de vote de leur choix.

Les résultats de cette primaire devraient être également influencés par l'impact de l'opération «Pilier de défense» contre les groupes armés palestiniens de Gaza, qui s'est achevée mercredi soir avec un cessez-le-feu sans qu'Israël ne mette à exécution ses menaces d'offensive terrestre.

Selon un sondage publié vendredi, 49% des Israéliens, dont une importante proportion de «Likoudniks», les sympathisants et adhérents du grand parti de la droite israélienne, estiment qu'il aurait fallu que l'armée poursuive son opération.

L'adversaire de M. Nétanyahou au sein du parti, Moshé Feiglin, de l'aile dure des colons, a dit comprendre «la déception justifiée des électeurs» mais a promis de «coopérer pleinement avec le Premier ministre» s'il était élu.

Selon certains sondages publiés vendredi, la liste conjointe Likoud/Israël Beiteinou, coalition formée par les partis de M. Nétanyahou et celui du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, est créditée de 37 sièges, contre 43 dans une précédente enquête effectuée fin octobre et 42 dans la Knesset (Parlement) sortante.

La coalition actuellement au pouvoir --Likoud, Israël Beiteinou (ultra-nationaliste), religieux ultra-orthodoxes et nationalistes religieux-- conserverait toutefois une position dominante, avec 70 sièges sur 120 à la Knesset.