Israël va déployer samedi une cinquième batterie Iron Dome (Dôme de fer), le système de défense anti-missile de fabrication israélienne qui doit protéger ses localités contre les roquettes palestiniennes.

Publié le 16 nov. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Depuis le début de l'opération «Pilier de défense» contre les groupes armés de Gaza, mercredi après-midi, les batteries Iron Dome ont intercepté et détruit 184 des quelque 500 roquettes tirées du territoire palestinien en 48 heures.

La première batterie Iron Dome a été installée en mars 2011 dans la région de Beersheva, la capitale du désert du Néguev (200 000 habitants), située à 40 km de la bande de Gaza et à portée des roquettes Grad de conception russe.

Trois autres batteries ont ensuite été installées près des villes côtières d'Ashkelon et Ashdod, au sud de la grande métropole de Tel-Aviv, et près de la ville de Nétivot, à 20 km de la bande de Gaza.

Une cinquième batterie doit être livrée à l'armée israélienne samedi, deux mois avant la date prévue, en raison de la poursuite des tirs de roquettes vers Israël, selon le ministère de la Défense.

«À la suite des instructions du ministère de la Défense, le département de recherche du ministère a accéléré le développement d'une cinquième batterie et son transfert à l'armée de l'air israélienne», indique un communiqué ajoutant qu'elle «sera opérationelle dès samedi soir».

Chaque batterie comprend un radar de détection et de pistage, un logiciel de contrôle de tir et trois lanceurs équipés chacun de 20 missiles d'interception.

Le système - qui ne saurait être efficace à 100%, de l'aveu même de ses concepteurs - permet d'abattre en vol des engins d'une portée de 4 à 70 km.

Son taux de réussite oscille entre 75% et 90% depuis le début du nouveau cycle de violence entre l'armée israélienne et les combattants palestiniens de Gaza, selon des statistiques de l'armée qui explique ne cibler que les projectiles menaçant de s'abattre sur les zones habitées.

L'ancien directeur du programme de recherches sur Iron Dome, Arieh Herzog, estime que l'efficacité du système s'améliore constamment.

«Quand le système détecte une roquette, il calcule son point d'impact. S'il se dirige vers des zones habitées, il décide de l'intercepter», a-t-il souligné.

Selon les experts militaires, un total de 13 batteries seront nécessaires pour assurer la couverture complète du territoire israélien, ce qui prendra plusieurs années. Face à des salves simultanées de projectiles, le système risque cependant de saturer en raison du nombre limité de batteries disponibles, préviennent-ils.

Cette protection a un coût élevé: chaque tir de batterie Iron Dome revient à environ 50 000 dollars, selon les médias. La mise en place du système, décidée en 2005, avait d'ailleurs été retardée, pour mieux former le personnel mais aussi parce qu'il semblait exagérément cher.

Israël a annoncé avoir investi un milliard de dollars dans le développement et la production de ces batteries.

Iron Dome est développé par le groupe d'armement public Rafael Defense Systems basé à Haïfa (nord d'Israël) et financé en partie par les États-Unis.

Israël dispose par ailleurs de batteries antimissiles Arrow (Hetz en hébreu) capables d'intercepter des missiles balistiques, et David's Sling (la Fronde de David) pour des engins à moyenne portée.