Les talibans ont appelé dimanche les pays membres de l'Otan à se désolidariser de la position américaine et à suivre l'exemple français, le président François Hollande souhaitant retirer les troupes de combat françaises d'Afghanistan dès la fin 2012.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La décision du chef de l'État français est «basée sur des réalités et reflète l'opinion de sa nation», remarquent les insurgés dans un communiqué paru sur Voice of Jihad, l'un de leurs sites internet.

«Nous appelons tous les autres pays membres de l'Otan à éviter de travailler pour les intérêts politiques des responsables américains et à écouter les appels de leur peuple en retirant immédiatement toutes leurs troupes d'Afghanistan», poursuivent les rebelles.

La présence de l'«envahisseur» américain en Afghanistan n'est pas liée «à la sécurité» des États-Unis» mais «à une stratégie de long terme pour transformer notre pays et la région en sa colonie», observent les talibans.

Les services secrets américains attestent que «tous les combattants d'Al-Qaïda ont quitté l'Afghanistan», ou plutôt qu'il ne reste pas plus de «50» combattants de la nébuleuse terroriste dans le pays, selon les insurgés, pour qui la «guerre contre la terreur» officiellement prônée par Washington est «injustifiée».

La coalition de l'Otan, menée par les États-Unis, est arrivée en Afghanistan à la fin 2001 pour traquer Oussama ben Laden et chasser les talibans d'un pouvoir qu'ils occupaient depuis 1996.

Quelques 130 000 militaires de l'Isaf, la force armée de l'Otan, portent assistance aux troupes pro-gouvernementales, elles-même opposées à une insurrection sanglante menée par les talibans.

Les principales victimes de cette guerre sont les civils. Plus de 3000 d'entre eux sont morts l'an passé des suites du conflit. Près de 80% de ces pertes sont imputables aux talibans, selon l'Otan.