Les États-Unis demandent à leurs alliés des forces ISAF une contribution d'un milliard de dollars par an pour financer les forces de sécurité afghanes après 2014, a déclaré jeudi le chef de la Diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Les États-Unis attendent de la part des pays participant à l'opération de l'ISAF une contribution d'une valeur d'environ un milliard de dollars par an», a déclaré le ministre lors d'une conférence organisée par l'Institut polonais des Affaires internationales à Varsovie, à trois jours du sommet de l'OTAN consacré notamment à cette question.

«Nous estimons que les coûts de fonctionnement des forces de sécurité afghanes s'élèveront à environ quatre milliards de dollars par an, ce qui dépasse les capacités de l'État afghan qui reste un des pays les plus pauvres au monde», a-t-il encore déclaré.

«Notre gouvernement vérifie actuellement nos capacités», a souligné le ministre, réticent à l'idée que la Pologne contribue à cette somme à hauteur de 20 millions de dollars par an, alors que l'Inde, la Chine ou la Russie ne contribueraient qu'à hauteur de 10 millions de dollars.

«Nous devrions payer la même somme que la Chine et la Russie ensemble», a-t-il indiqué, cité par l'agence PAP, soulignant également que la Pologne n'a jamais contribué directement à un budget de la défense d'un autre pays.

Le contingent polonais en Afghanistan compte actuellement environ 2500 hommes. Varsovie prévoit de retirer ses troupes d'ici 2014, à la fin de la mission de l'ISAF.

Le Canada, qui comptait jusqu'en juillet dernier 2800 hommes à Kandahar dans le sud de l'Afghanistan, a toujours 950 militaires sur place, déployés maintenant dans la capitale Kaboul.

L'Afghanistan se rend au sommet de l'OTAN de Chicago avec l'intention d'y obtenir un accord de financement de 4,1 milliards de dollars annuels pour ses forces de sécurité après le départ des troupes étrangères à la fin 2014.