Plus de 80 personnes ont été tuées samedi au Pakistan dans un attentat suicide contre un centre de distribution du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU et une série de raids d'hélicoptères dans une autre zone tribale du nord-ouest du pays.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Au moins 43 personnes ont été tuées et plus de 100 blessées dans l'attaque suicide» contre un centre de distribution de nourriture à Khar, la principale ville du district tribal de Bajaur, a déclaré Zakir Hussain, un chef de l'administration du district frontalier de l'Afghanistan.

L'administrateur adjoint de Khar, Tariq Khan, a indiqué à l'AFP que le kamikaze était une femme.

Des responsables de la police du district ont confirmé qu'il s'agissait d'une femme qui avait d'abord refusé d'être fouillée par des gardes de sécurité et lancé sur eux une grenade avant de commettre l'attentat suicide.

La plupart des victimes appartenaient à la tribu des Salarzai qui soutient l'action de l'armée pakistanaise et a créé une milice pour chasser les insurgés du district de Bajaur.

Un porte-parole des combattants du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP) a revendiqué l'attaque. «Nous avons mené l'attentat suicide à Khar parce que ces gens ont créé une milice pour lutter contre nous», a déclaré à l'AFP Azam Tariq, joint par téléphone.

L'administration locale a imposé un couvre-feu jusqu'à nouvel ordre tandis que les forces de sécurité patrouillaient dans les rues.

Bajaur est l'un des districts tribaux du nord-ouest du pays, un des bastions des rebelles talibans pakistanais et l'un des principaux sanctuaires de leurs alliés d'Al-Qaïda, ainsi qu'une base arrière des talibans afghans qui mènent la rébellion contre les forces afghanes et l'Otan de l'autre côté de la frontière en Afghanistan.

Ces zones tribales abritent notamment des combattants du TTP qui a décrété à l'été 2007 le jihad (guerre sainte) à Islamabad pour son soutien à la «guerre contre le terrorisme» de Washington.

Par ailleurs, au moins 40 insurgés ont été tués dans des raids samedi des forces de sécurité pakistanaises avec l'appui d'hélicoptères dans le district tribal du Mohmand, frontalier de l'Afghanistan.

Cette opération a été déclenchée en représailles d'une attaque coordonnée des insurgés vendredi contre sept postes de contrôle au cours de laquelle onze membres des forces paramilitaires pakistanaises et au moins 24 insurgés avaient péri.

«Depuis hier les forces de sécurité pakistanaises avec l'appui d'hélicoptères de combat ont réalisé des opérations contre les caches d'insurgés et tué 40 insurgés», a déclaré Amjad Ali Khan, haut responsable du Mohmand.

Des responsables des forces de sécurité et de l'armée ont confirmé ce chiffre, précisant que les raids avaient été effectués sur les villages de Baizai et Lakro.

Le président américain Barack Obama a condamné «avec fermeté» l'attentat qualifié d'«affront aux Pakistanais et à l'humanité toute entière», et la France a assuré le Pakistan de «son soutien dans la lutte contre le terrorisme».

Londres a souligné que «cette attaque épouvantable perpétrée contre d'innocents réfugiés» était «un cruel rappel des visées aveugles des terroristes et un exemple des raisons pour lesquelles tous les pays doivent travailler ensemble pour faire face à une menace sans frontières».