Les services de sécurité ont arrêté 149 membres d'Al-Qaïda et démantelé 19 cellules ces huit derniers mois en Arabie saoudite, où ils projetaient de mener des attentats notamment contre des dirigeants politiques et des journalistes, a annoncé le ministère de l'Intérieur vendredi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les services de sécurité ont arrêté 149 membres d'Al-Qaïda et démantelé 19 cellules ces huit derniers mois en Arabie saoudite, où ils projetaient de mener des attentats notamment contre des dirigeants politiques et des journalistes, a annoncé le ministère de l'Intérieur vendredi.

Parmi les détenus figurent des Saoudiens et des ressortissants étrangers liés à Al-Qaïda au Yémen, mais aussi en Afghanistan et en Somalie, a déclaré aux journalistes le porte-parole du ministère le général Mansour al-Turki.

«La plus grande majorité (des cellules) avaient été créées par l'Aqpa» a affirmé le responsable, faisant allusion à Al-Qaïda dans la péninsule arabique, basé au Yémen et dirigé par des Yéménites et des Saoudiens.

«Certaines avaient des liens avec Al-Qaïda en Afghanistan et d'autres étaient liés à Al-Qaïda en Somalie», a-t-il ajouté.

Le général Turki a fourni peu de détails sur les activités des cellules, mais il a indiqué que «la plupart des complots étaient dirigés contre des individus», essentiellement des dirigeants politiques, des responsables des services de sécurité, des journalistes et des résidents étrangers «non musulmans».

Une des cellules formait à l'utilisation des bombes électroniques, possiblement aux voitures piégées, une autre s'occupait de collecter des fonds pour Al-Qaïda à l'étranger, a dit le général Turki.

«C'est un effort continu d'Al-Qaïda. Al-Qaïda ne renoncera jamais», a-t-il ajouté.

Parmi les 149 arrêtés, 25 sont des ressortissants étrangers, uniquement présentés comme étant d'origine arabe, africaine et asiatique.

Une femme, saoudienne, a également été arrêtée pour avoir publié des textes d'Al-Qaïda sur internet sous de nombreux pseudonymes, a-t-il ajouté.

La plupart des membres des 19 cellules avaient des liens avec l'Aqpa, qui était notamment derrière l'envoi de colis piégés destinés aux États-Unis en octobre.

«Ils ont envoyé quelques (personnes) ici, pour la plupart l'Aqpa les a recrutées en Arabie saoudite», a précisé le responsable saoudien.

Les autorités ont également saisi des documents et des armes devant être utilisées pour les attaques, a dit le responsable ajoutant que Ryad a contacté Interpol pour l'arrestation d'autres personnes dans la même affaire.

Quelque 600 000 dollars, destinés au soutien d'Al-Qaïda à l'intérieur et à l'extrérieur de l'Arabie saoudite, ont également étaient saisis.

Le 5 octobre, des membres d'Al-Qaïda avaient menacé de lancer des attentats contre des membres de la famille régnante, dans un message vidéo publié sur internet commémorant une attaque menée en 2009 contre le ministre de l'Intérieur.