L'OTAN est «vouée à la défaite» en Afghanistan, ont estimé samedi les talibans après l'annonce du début du retrait des troupes de l'Alliance atlantique l'an prochain.

Publié le 20 nov. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il apparaît clairement qu'après neuf ans d'occupation, les envahisseurs sont voués au même sort que ceux qui ont emprunté la même voie avant eux», affirme le groupe extrémiste islamiste dans un communiqué envoyé par courriel.

 

«L'augmentation de leurs troupes, leurs nouvelles stratégies, leurs nouveaux généraux, leurs nouvelles négociations et leur nouvelle propagande n'ont eu aucun effet», poursuit le communiqué.

Les dirigeants de l'OTAN réunis à Lisbonne se sont engagés samedi à engager le processus de transfert des responsabilités en matière de sécurité à la police et à l'armée afghanes à partir de l'an prochain, un passage de relais qui s'achèverait fin 2014.

Les 28 membres de l'Alliance atlantique et leurs 20 partenaires au sein de la Force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf) ont dans le même temps assuré qu'ils étaient en train de prendre le dessus dans ce conflit engagé il y a neuf ans.

Mais les talibans ont affirmé que le plan de retrait montrait que la force de 150 000 hommes, pour la plupart des soldats américains, était «épuisée» et que les renforts militaires pour s'emparer des bastions talibans étaient un échec.

«La Maison Blanche a fixé à juillet 2011 la date pour entamer le retrait des troupes d'invasion défaites de l'Afghanistan», selon le communiqué rédigé en anglais

«Ce qu'ils n'ont pu conquérir au cours des derniers mois avec leurs troupes fraîches, ils ne pourront le faire à Kandahar, avec des troupes à présent démoralisées et effrayées», estiment les talibans.

«Il devient manifeste que les Américains ne parviendront pas à dissimuler longtemps leur défaite en Afghanistan», ajoutent-ils.

«Par conséquent, la Maison Blanche au lieu de compter le nombre croissant de victimes en Afghanistan serait mieux avisée d'élaborer un plan de retrait, pour au moins sauver les soldats qui sont encore en vie», poursuit le communiqué.

Avec 650 morts depuis le début de l'année, les pertes militaires ont atteint leur plus haut niveau depuis l'intervention dirigée par les États-Unis pour chasser les talibans du pouvoir après les attentats du 11 septembre 2001.

Le représentant civil de l'Otan à Kaboul, Mark Sedwill, avait estimé mercredi que forces étrangères avaient pris l'ascendant sur la rébellion après neuf ans de conflit. «Nous avons repris l'initiative que nous avions perdue ces dernières années» grâce aux renforts et aux tactiques ciblées de contre-insurrection, a-t-il assuré.

Les responsables militaires de Kandahar et des alentours, centre spirituel des talibans, évoquent aussi des progrès dans le contrôle de la région et font état du soutien accru des populations locales.

Les talibans, qui appellent régulièrement les forces étrangères à quitter le pays, rejettent ces affirmations et se sont engagés à poursuivre leur campagne malgré les rigueurs de l'hiver afghan.

La semaine dernière, le leader en fuite des talibans afghans, le mollah Omar, a lui aussi prédit la défaite des forces de l'OTAN, tout en démentant les informations sur des négociations de paix, qu'il a qualifiées de «fausses rumeurs».

Le but des talibans est d'«empêtrer l'ennemi dans une guerre d'usure harassante et de le faire partir comme l'Union soviétique», qui avait quitté le pays en 1989 après dix ans d'une invasion férocement combattue par la résistance afghane, avait-il déclaré.