De plus en plus de talibans se cachent parmi les civils dans l'est de l'Afghanistan en revêtant une burqa afin de ne pas se faire repérer, a indiqué mercredi le général américain à la tête des troupes dans cette région.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La tactique consistant à s'habiller en femme pour tromper les soldats américains ou de l'Otan n'est pas nouvelle dans le sud du pays, où une attaque suicide utilisant ce subterfuge a échoué en mars, a souligné le général de division John Campbell, responsable d'une zone couvrant Kaboul et 14 provinces.

Mais ces méthodes étaient encore récemment inconnues dans l'est.

«Une des tactiques ayant évolué au fil des ans est qu'on voit maintenant des hommes habillés en burqa dans les villages, un phénomène que nous ne constations pas auparavant», a-t-il déclaré à des journalistes du Pentagone par liaison satellite.

Lors de leurs opérations, les soldats américains et de l'Otan ne portent habituellement pas d'attention aux femmes. Mais cette nouvelle méthode, ainsi que le recours à une femme pour commettre un attentat suicide le 22 juin dans la province de Kunar, risque de changer la donne.

Sur les quelque 450 attentats suicides commis en Afghanistan depuis neuf ans, il s'agissait du premier perpétré par une femme, a souligné John Campbell.

Le général a par ailleurs noté que le nombre d'attaques dans la région avait «augmenté de 12%» dans la première moitié de l'année.

«Nous savons que nous allons avoir un été difficile. Les insurgés ne vont pas nous laisser amener des forces supplémentaires sans chercher à démontrer» leur propre force, a-t-il dit.

Près de 140 000 soldats américains et d'autres pays de l'Otan sont actuellement déployés dans le pays, et 10 000 autres doivent arriver dans les prochaines semaines.