Le commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan, le général David Petraeus, s'est félicité mardi des dernières opérations contre les talibans, qui ont abouti à la capture d'importants dirigeants des insurgés afghans.

Mis à jour le 23 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il est évident qu'il y a eu une série d'arrestations importantes au Pakistan. Il est très clair qu'il y a eu quelques opérations significatives des services du renseignement», a déclaré le général Petraeus à la Presse à Islamabad où il était en visite.

«Inutile de dire que ces efforts continuent, mais je ne vais commenter aucun cas particulier» de dirigeants talibans arrêtés, a-t-il ajouté.

Le New York Times a rapporté mardi que les autorités pakistanaises avaient capturé le mollah Abdul Kabir, un important dirigeant taliban et haut responsable militaire combattant les forces américaines dans l'est de l'Afghanistan.

Interrogés par l'AFP, des responsables pakistanais ont déclaré ne pas pouvoir confirmer l'arrestation de ce dirigeant taliban, qui a eu lieu, selon le journal américain, il y a plusieurs jours à Nawshera, dans la province pakistanaise de la Frontière du nord-ouest.

Le mollah Kabir fait partie d'un petit groupe de dirigeants, appelés la choura de Quetta, qui dirige les opérations menées par les talibans sous l'autorité du fondateur de ce groupe, le mollah Mohammad Omar.

Récemment, le mollah Baradar, présenté comme le chef militaire des talibans afghans et bras droit de leur dirigeant, le mollah Omar, avait été capturé par des agents des services secrets américains et pakistanais.

Au total, quatre chefs particulièrement recherchés des talibans ont été capturés la semaine dernière au Pakistan, selon les médias américains qui interprètent ces succès comme le résultat des efforts de Washington pour persuader les Pakistanais d'agir contre les talibans afghans sur leur territoire.

Le général Petraeus, à qui il était demandé pourquoi Islamabad avait finalement décidé d'agir ainsi, a estimé qu'il n'y avait pas une seule explication.

«Il y a eu quelques percées importantes. Mais je ne veux pas non plus exagérer, car il y a toujours un certain nombre de mauvais gars dehors» en liberté, même si les dernières arrestations sont «significatives», a-t-il dit.

«Certains leaders des insurgés d'Afghanistan en particulier semblent avoir l'habitude de passer quelques hivers au Pakistan» où, à cette occasion, «des réunions régulières ont lieu», a-t-il expliqué.

«Comme toujours, il n'y a pas un seul facteur d'explication de ce qui est arrivé. C'est plutôt une équation à entrées multiples», a souligné le général.

Il a félicité les autorités pakistanaises pour avoir mené ces dix derniers mois une offensive «très impressionnante» contre les insurgés islamistes, en particulier dans la vallée de Swat, dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan. Ce sont ces régions qui servent de base arrière aux talibans afghans.