Un ministre israélien, cité par la radio militaire et le journal en ligne Y-Net, a estimé samedi qu'une nouvelle guerre était en vue entre l'Etat hébreu et le mouvement chiite libanais Hezbollah, après celle de l'été 2006.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous nous orientons vers une nouvelle confrontation au nord (d'Israël), mais je ne sais pas quand elle doit survenir, de même que nous ignorions à quel moment la deuxième guerre du Liban allait éclater», a déclaré Yossi Peled, ministre sans portefeuille, lors d'une intervention publique à Beersheva (sud).

Il faisait allusion au conflit qui a opposé durant l'été 2006 Israël au Hezbollah, faisant plus de 1 200 tués côté libanais, en majorité des civils, et 160 du côté israélien, surtout des militaires.

«Bien que le Hezbollah soit membre du gouvernement libanais, ce dernier n'exerce aucune influence sur lui. Si la violence frappe le nord (d'Israël), nous en tiendrons le Liban et la Syrie pour responsables», a ajouté M. Peled, général de réserve et ancien commandant de la région militaire nord d'Israël.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri avait affirmé le 20 janvier craindre «une intervention israélienne» au Liban, après la récente multiplication de survols du territoire libanais par l'aviation israélienne.

Le 12 janvier, le ministre israélien de la Défense Ehud Barak avait lui mis en garde le Liban et le Hezbollah contre toute velléité de remettre en cause le «calme» régnant à la frontière israélo-libanaise.