Le président palestinien Mahmoud Abbas a rappelé lundi, lors d'une visite à Ottawa, que la feuille de route devant conduire à la fin du conflit israélo-palestinien prévoit l'arrêt de toute forme de colonisation, y compris la croissance naturelle des colonies juives déjà installées en Cisjordanie.

LA PRESSE CANADIENNE

Le président Abbas répondait ainsi au président israélien qui déclarait dimanche qu'il ne créerait pas de nouvelles implantations, mais que son gouvernement allait appuyer l'accroissement des colonies existantes. Par cette déclaration, Benjamin Netanyahou rejetait la demande expresse du président américain Barack Obama qu'il a rencontré à Washington la semaine dernière. Le président Obama demandait un gel des colonisations.

À Ottawa, où il a tenu un point de presse aux côtés du ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, M. Abbas a d'abord refusé de répondre directement à M. Netanyahou. «Nous allons sûrement discuter de tout ça par les voies diplomatiques», a-t-il dit, soulignant qu'il se rendait lui aussi à Washington, plus tard cette semaine, et en parlerait avec le président Obama.

Mais alors que le ministre Cannon évitait de répondre aux questions des journalistes sur la colonisation, M. Abbas s'est repris. «Nous savons que le Canada appuie la feuille de route», a-t-il rappelé, ajoutant que «c'est clair et précis dans la feuille de route, (...) Israël doit arrêter toute forme de colonisation y compris la croissance naturelle».

M. Cannon, pour sa part, n'a même pas voulu prononcer le mot «colonisation».

«La position canadienne n'a pas changé à l'égard de ces endroits-là, concernant le déploiement dans d'autres zones. On a toujours considéré qu'il s'agissait là d'un geste qui n'était pas propice à l'avancement de la paix», a soutenu le ministre des Affaires étrangères.

Il a été impossible de savoir s'il faisait référence aux colonies existantes, à leur développement ou à d'éventuelles nouvelles colonies.

La feuille de route est un document adopté en 2003 par les Nations unies, l'Union européenne, les Etats-Unis et la Russie. Il s'agit d'une proposition qui doit mettre fin au conflit israélo-palestinien. Elle prône, entre autres, la coexistence de deux Etats: un palestinien et un israélien.