Le président afghan Hamid Karzai a salué vendredi la détermination du président américain Barack Obama à fermer la prison de Guantanamo, en soulignant que cette décision va contribuer à améliorer les relations entre Washington et le monde musulman.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«La fermeture de cette prison peut être un élément important dans l'amélioration des relations entre les États-Unis et le monde musulman», déclare M. Karzai dans un communiqué, au lendemain d'un discours de M. Obama dans lequel ce dernier a réaffirmé sa ferme volonté de fermer Guantamano.

La fermeture du camp mettrait fin «à un dilemme humanitaire et humain majeur» et «devrait renforcer la confiance dans la guerre contre le terrorisme», estime le président afghan.

M. Karzai a réaffirmé que son pays était prêt à accueillir tous les détenus afghans de Guantamano, en respectant les normes juridiques et humanitaires.

De nombreux afghans ont été arrêtés lors de l'invasion américaine lancée en octobre 2001 et envoyés dans la prison de Guantanamo. Celle-ci avait été ouverte après les attentats du 11 septembre 2001 pour emprisonner des hommes classés par les États-Unis comme des «combattants illégaux».

Plus de 250 d'entre eux ont été depuis renvoyés par les États-Unis en Afghanistan, mais d'autres sont toujours détenus à Guantanamo, qui compte encore quelque 240 prisonniers.

M. Obama avait annoncé en janvier la fermeture de cette prison devenue le symbole de l'arbitraire américain, en particulier aux yeux des pays musulmans. Guantanamo «a entamé l'autorité morale» des États-Unis dans le monde et son existence «a probablement créé plus de terroristes dans le monde qu'il n'en a jamais détenu», a notamment déclaré jeudi M. Obama, en dénonçant les politiques du précédent gouvernement américain.