Le Pakistan n'utilise pas l'aide américaine pour renforcer son arsenal nucléaire, a affirmé lundi à Washington le chef d'état-major interarmées des Etats-Unis, l'amiral Mike Mullen, en réponse à des inquiétudes du Congrès.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je n'ai connaissance d'aucune aide américaine qui serait allée à des armements nucléaires», a déclaré l'amiral devant la Brookings Institution, un centre de réflexion de la capitale américaine.

La seule exception est l'aide qui vise à «améliorer» la sécurité des armes nucléaires pakistanaises, «ce qui est exactement ce que nous souhaitons faire», a-t-il déclaré.

Vendredi, l'amiral Mullen, interrogé au Congrès sur l'arme nucléaire pakistanaise, avait reconnu qu'Islamabad était en train de renforcer son arsenal. Plusieurs parlementaires se sont demandés si les milliards de dollars versés par Washington au Pakistan ne servent pas à cette fin.

Le directeur de la CIA Leon Panetta a affirmé lundi à Los Angeles que si le renseignement américain ne savait pas où se trouvaient les armes nucléaires pakistanaises, il pensait qu'elles étaient en lieu sûr, alors que les préoccupations se multiplient sur les risques que ces armes tombent entre les mains des talibans.

Mais il a indiqué que les Etats-Unis restaient vigilants «car la dernière chose que nous voulons est que les talibans aient accès à l'armement nucléaire au Pakistan».

Le chef des armées américaines Mike Mullen s'est de son côté dit encouragé par l'offensive de l'armée pakistanaise contre les talibans dans le nord-ouest du pays et a appelé les dirigeants de ce pays à persévérer. «Ils doivent tenir sur la durée. Ils doivent apporter durablement la sécurité à leur peuple», a-t-il plaidé.

L'armée américaine se prépare à envoyer une aide humanitaire pour assister près d'1,5 million de personnes contraintes de fuir le nord-ouest du pays après l'offensive de l'armée pakistanaise.

L'aide devrait consister en nourriture, eau et tentes pour aider les personnes déplacées, a déclaré un porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman.

Le nombre total de personnes déplacées du fait des affrontements entre l'armée et les talibans dans le nord-ouest du Pakistan depuis août 2008 dépasse désormais les deux millions de personnes, a annoncé lundi le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).