Le général français et eurodéputé Philippe Morillon dirigera la mission d'observation de l'UE pour l'élection présidentielle en Afghanistan, même si l'UE ne sait toujours pas comment cette mission pourra travailler, a annoncé lundi la Commission européenne.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La commissaire aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, a annoncé la nomination de l'ex-général français après une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles.«Ce sera un grand défi, mais nous travaillons avec toutes les parties, la police afghane, le gouvernement afghan et l'Otan. Nous devons travailler pour que cela soit possible», a-t-elle ajouté.

Le parti libéral européen (ADLE) auquel appartient M. Morillon a souligné que le Français avait été choisi pour les «liens étroits» qu'il a tissés avec l'Afghanistan depuis 10 ans.

«Il est notamment à l'origine de la venue du Commandant Massoud (Ahmad Shah Massoud, chef de l'Alliance du nord anti-taliban, et tué en septembre 2001 par des partisans d'Oussama Ben Laden ndlr) en 2001 au Parlement européen. Il est vice-président de la délégation Afghanistan du Parlement européen et membre d'honneur de la fondation Massoud», a souligné l'ADLE dans un communiqué.

«En tant que chef de la mission d'observation, il aura notamment pour mission de veiller au déroulement du scrutin dans le respect des règles de démocratie, de contrôle et de transparence», a ajouté le communiqué.

Mais malgré une première mission exploratoire, l'UE ignore encore tous des détails de cette mission, en raison de l'incertitude sur les conditions de sécurité dans lesquelles travailleront les observateurs.

«C'est un peu trop tôt dire où (les observateurs de l'UE) vont aller», a expliqué à l'AFP Mme Ferrero-Waldner.

«Il y aura une nouvelle mission exploratoire au mois de juin du général Morillon lui-même avec quelques hauts fonctionnaires de la Commission pour vraiment définir beaucoup plus exactement ce qu'on peut faire ou pas faire», a-t-elle précisé.

L'élection présidentielle afghane, la seconde au suffrage universel direct, se tiendra le 20 août. Si aucun candidat n'atteint 50% des voix, un second tour sera organisé pour départager les deux candidats arrivés en tête.