L'islamiste Abou Qatada, un temps considéré comme le chef spirituel d'Al-Qaeda en Europe, s'est plaint d'être l'objet de mauvais traitements dans sa prison britannique, dans une lettre dont une copie a été reçue dimanche par l'AFP à Amman.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«On me met à l'isolement, on me harcèle, on m'inflige des mauvais traitements et on me déplace sans arrêt dans des conditions de sécurité maximale. J'ignore quand et comment cela va se terminer», déclare-t-il dans le courrier adressé à l'Observatoire de l'islam, un centre basé à Londres.

Il y affirme que ses gardiens le déshabillent deux fois par mois pour le fouiller.

«Je dois demander une semaine à l'avance l'autorisation d'appeler ma famille, sinon je ne peux pas», ajoute Abou Qatada, un Jordanien d'origine palestinienne dont le vrai nom est Omar Mahmoud Mohammed Othman.

«Parfois, j'aimerais que tous les musulmans aillent en prison en Grande-Bretagne pour qu'ils comprennent ce dont je parle et la façon dont les choses se passent», dit-il en évoquant la prison de Belmarsh, au sud de Londres.

Abou Qatada, 48 ans, se bat actuellement devant la justice pour ne pas être expulsé vers la Jordanie, où il dit risquer la torture.

Le mois dernier, les «Law Lords», plus haute instance judiciaire britannique, ont donné leur feu vert à cette expulsion. Mais celle-ci a peu après été provisoirement empêchée par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), qui a demandé un délai pour examiner le dossier sur le fond.

Abou Qatada a été condamné par contumace en Jordanie à deux reprises à un total de 15 ans de travaux forcés pour activités terroristes. Il s'était réfugié en Grande-Bretagne où il a été placé en détention à deux reprises en vertu de la loi antiterroriste de 2001, mais jamais jugé.