Source ID:; App Source:

Le journaliste lanceur de chaussures a été molesté, selon un juge

La soeur du journaliste irakien regarde Bush esquiver... (Photo: AP)

Agrandir

La soeur du journaliste irakien regarde Bush esquiver la chaussure de son frère à la télévision.

Photo: AP

Agence France-Presse
Bagdad

Mountadhar al-Zeidi, le journaliste irakien qui a lancé dimanche sans l'atteindre ses chaussures au visage du président George W. Bush, a été frappé et présente des contusions au visage et autour des yeux, a déclaré vendredi le juge d'instruction irakien en charge de l'affaire.

Dimanche lors d'une conférence de presse à Bagdad, le journaliste de 28 ans a eu le temps de lancer ses deux chaussures, l'une après l'autre, avant d'être plaqué au sol par les services de sécurité. Il a alors été violemment frappé, selon un de ses frères.

Le journaliste a ôôété frappé lors de la conférence de presse, nous regarderons la bande vidéo et rédigerons une lettre officielle demandant les noms de ceux qui l'ont assailli», a expliqué le juge Dhia al-Kinani en ajoutant qu'Al-Zeidi a ôôle droit de renoncer à cette affaire».

Devenu un héros en Irak et dans le monde arabe, le journaliste est toujours en garde à vue. Il pourrait faire l'objet de poursuites pour injures à un chef d'État étranger, délit passible de deux ans d'emprisonnement. Des manifestations pour appeler à sa libération continuent de se dérouler dans le pays, notamment à Koufa vendredi au sud de Bagdad, fief du leader chiite radical Moqtada Al-Sadr. Une vingtaine de membres de la famille du journaliste ont également organisé un rassemblement à Bagdad. ôôSon avocat ni aucun membre de sa famille n'ont pu le voir», a déploré son frère Oudaï.

Le juge Al-Kinani a confirmé par ailleurs que Mountadhar al-Zeidi a écrit jeudi au premier ministre irakien Nouri al-Maliki pour demander à être gracié. Mais Dhargham Al-Zeidi, un des frères du journaliste, a émis des doutes sur l'authencité de cette lettre.

Le président irakien Jalal Talabani peut accorder une grâce sur recommandation du premier ministre, mais elle ne peut intervenir qu'après une condamnation, a expliqué le juge Al-Kinani. George W. Bush et Nouri al-Maliki n'ont pas porté plainte ôômais ce dossier a été ouvert en raison d'un article de la loi concernant le respect de la souveraineté», selon le magistrat.

L'instruction sera bouclée et renvoyée dimanche au tribunal, qui fixera dans sept à dix jours une date pour un procès, a-t-il dit.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer