Le Shass, parti ultra-orthodoxe sépharade israélien, a lancé dimanche sa campagne électorale, reprenant en hébreu le slogan de Barack Obama, «Yes we can», traduit dans l'objectif de «ralier un public plus large», selon un de ses députés, Haïm Amsallem.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Ken, anahnou yeholim», formule hébraïsée de «Yes we can» a fait son apparition sur les flancs des bus en Israël.«Jusqu'à présent, notre parti a toujours été présenté comme un parti représentant uniquement les ultra-orthodoxes sépharades. Aujourd'hui, le parti souhaite être une option pour un public plus large et s'ouvrir à toute la société», a expliqué à l'AFP, le député Shass Haïm Amsallem, qui est également rabbin.«Nous pouvons proposer un système éducatif différent, le système actuel étant défaillant. Nous pouvons avoir une vision sociale différente afin de lutter contre la pauvreté. Nous pouvons faire des sacrifices pour parvenir à la paix mais en restant réalistes», a ajouté le député déclinant les trois axes principaux de la campagne électorale de son parti.Le Shass est apparu sur la scène politique israélienne en 1984 en réaction à l'attitude perçue comme raciste de certains juifs d'origine ashkénaze à l'égard des juifs sépharades et orientaux. Il obtient alors quatre députés. Il détient actuellement 12 sièges.